Manifestations en Iran : la censure d'Internet au plus haut

Les photos des manifestations et des dégâts sont rares Les photos des manifestations et des dégâts sont rares[AFP]

S'il est toujours important de se méfier des informations diffusées sur les réseaux sociaux, les posts concernant l'Iran depuis le début des manifestations le 15 novembre sont d'autant plus sensibles.

En effet, il est très difficile pour les habitants du pays de partager en direct des images des rassemblements en opposition à l'augmentation du prix de l'essence car internet a été coupé depuis le 16 novembre. Des journalistes françaises travaillant régulièrement dans le pays assurent qu'elles n'ont aucune nouvelle de leur proche sur place.

Les journalistes sur place, soumis à l'obtention d'un visa spécial, n'ont qu'un accès très limité à ce qu'il se passe dans le pays. Impossible par exemple de savoir si le nombre de morts indiqués par le gouvernement depuis le début du mouvement (9 au moins selon les sources officielles iraniennes) est véridique ou très largement sous-évalué. Le haut-commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme estime que le bilan dépasse «plusieurs dizaines» de victimes selon «les médias iraniens et d'autres sources».

Dans ces conditions, les vidéos ou de photos au milieu de rassemblements sont à regarder avec recul. Il est en effet très difficile d'identifier d'où proviennent ces images, et surtout, si elles ont été tournées à l'occasion des récentes manifestations. De plus, l'actualité en Iran est très régulièrement sujette à la désinformation, que ce soit chez les soutiens du régime, ou chez les opposants, présents en nombre en France.

À suivre aussi

Benjamin Netanyahou et Benny Gantz n'arrivent pas à former un gouvernement depuis plusieurs mois
crise politique En Israël, plus qu'un jour avant de nouvelles élections
Un protestataire palestinien face à une colonie israélienne
Moyen-orient Selon l'ONU, la présence israélienne coûte des milliards d'euros à l'économie palestinienne
Des manifestants irakiens lors de heurts avec les forces de sécurité, le 28 novembre 2019 à Bagdad [AHMAD AL-RUBAYE / AFP/Archives]
Moyen-orient En Irak, les politiques négocient sous la pression persistante de la rue

Ailleurs sur le web

Derniers articles