Italie : la police démantèle un groupuscule armé pro-nazi et antisémite qui aurait menacé Matteo Salvini

D'après les messages interceptés par les forces de l'ordre, les suspects cherchaient en fait à vendre ces armes. L'un d'eux aurait d'ailleurs souhaité récolter 470 000 euros en vendant le missile.[ITALIAN POLICE / AFP]

La police italienne a annoncé jeudi le démantèlement d'un groupuscule armé composé de 19 personnes disséminées sur tout le territoire national et ouvertement pro-nazi et antisémite, indique un communiqué.

Des perquisitions sont en cours aux domiciles des 19 personnes, habitant dans toute la péninsule : depuis Bergame au nord jusqu'à la Sicile au sud et la Sardaigne au centre, selon la même source.

Au lendemain de cette découverte, l'ancien ministre de l'Intérieur Matteo Salvini a affirmé avoir été l'une des cibles de ce groupuscule. D'ailleurs, ce seraient les menaces de mort déclarées à son encontre qui auraient poussé le parquet italien à mener une enquête.

«C'était l'une des nombreuses menaces de mort qui m'arrivent tous les jours et dont je ne parle pas. Cette fois-ci, elle était détaillée. Je l'ai signalé à la police, mais en fait, on ne sait jamais s'il s'agit d'une menace fiable, d'un fou ou d'un menteur compulsif», a expliqué Matteo Salvini.

Des photos de la police concernant les objets saisis lors des perquisitions font voir une grande quantité d'armes diverses, pistolets, fusils, automatiques ou non, couteaux, arbalètes, ainsi que des livres sur Mussolini ou Hitler.

Les suspects cherchaient à vendre des armes

Le point commun de ces 19 personnes était «le même fanatisme idéologique et leur intention était de constituer un mouvement d'inspiration ouvertement pro-nazi, xénophobe et antisémite appelé 'Parti italien national-socialiste des travailleurs'», selon la police.

Le groupuscule avait élaboré «sa structure interne et territoriale, créé un symbole et rédigé un programme ouvertement antisémite et négationniste», poursuit le communiqué.

Un de ses principaux dirigeants, responsable de l'entraînement des membres, est un Calabrais, ancien légionnaire avec un lourd casier judiciaire, faisant partie de la Ndrangheta, la puissante mafia calabraise et responsable local en Ligurie (nord-ouest) de Forza Nuova, un petit parti d'extrême-droite, selon la même source.

D'après les messages interceptés par les forces de l'ordre, les suspects cherchaient en fait à vendre ces armes. L'un d'eux aurait d'ailleurs souhaité récolter 470 000 euros en vendant le missile.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles