Julien Doré : des dorures plus sombres

Julien Doré sur la scène des Francofolies, à La Rochelle, le 11 juillet 2012.[AFP]

Le chanteur Julien Doré est en concert ce samedi 11 avril à Paris.

 
L’homme à la mèche, amateur de barrettes et de tatouages en tous genres, a attendu huit ans à peine pour être élevé au titre d’artiste masculin de l’année aux Victoires de la musique.
 
Moins sautillant qu’à ses débuts, son dernier album, "Love" (2013), étalait un profond malaise sentimental autour d’un bestiaire quelque peu torturé. Lui qui a toujours chanté l’amour avec humour et moult détours, a quitté un temps ce côté lumineux.
 
 
Univers onirique très personnel
 
Sa voix s’est assombrie, ses textes toujours ciselés et ses arrangements se sont alourdis sous le poids d’une équipe pourtant réduite. Le jeune chanteur s’était entouré d’une flopée d’artistes, d’Arno à Françoise Hardy pour écrire ses deux précédents albums. Le dernier s’est composé dans la douleur d’une rupture, plus solo, mais tout de même fleuri de deux duos avec Brigitte et Micky Green.
 
La maturité s’accompagne d’une touche chagrine chez l’ancien gagnant pétulant de Nouvelle star, qui conserve un univers onirique bien à lui, chanté d’une voix chaude et dans une langue maniérée.
 
 
Julien Doré, en concert au Zénith de Paris (19e), samedi 11 avril.
 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles