Egypte : des scientifiques vont sonder les pyramides pour percer leurs secrets

Le projet "Scan Pyramid" doit permettre de découvrir les méthodes de construction utilisées pour ériger ces monuments. [CC / PublicDomainPictures / Pixabay]

Une équipe internationale de scientifiques et d’archéologues va tenter de cartographier les pyramides de Khéops, de Khéphren et celles de Dahchour à l’aide de détecteurs infrarouges et de muons.

Cet ambitieux projet baptisé «Scan Pyramids», qui doit durer jusqu’à fin 2016, vise à découvrir s’il n’existe pas de pièces secrètes dans ces édifices et tenter d’éclaircir le mystère de leur construction, a expliqué dimanche le ministre des Antiquités Mamdouh al-Damati. En effet jusqu’à ce jour, les missions archéologiques n’ont jamais permis de révéler les techniques de construction utilisées pour ériger les pyramides.

Les chercheurs égyptiens, français, canadiens et japonais vont ainsi utiliser la technologie infrarouge et des détecteurs de muons (particule qui porte une charge électrique élémentaire négative) pour sonder les quatre monuments sans les toucher.  Selon Le Monde, l’analyse se déroulera en trois temps : deux examens thermiques par infrarouge permettront d’abord d’étudier la surface de calcaire des pyramides. Une radiographie par détecteur de muons cartographiera ensuite l’intérieur des édifices. Enfin, des drones et des scanners laser établiront une reconstitution en 3D des monuments.

Premier projet à utiliser une technologie de pointe

«L’idée est de trouver une solution au mystère des pyramides », a expliqué à l’AFP Mehdi Tayoubi, fondateur de l'institut français HIP (Héritage, Innovation Préservation) qui participe au projet. "Il y avait eu une tentative similaire il y a 30 ans, mais aujourd'hui c'est le premier projet à l'échelle internationale et qui a recours à une technologie de pointe", a-t-il précisé.

Outre les pyramides, cette technologie pourrait être utilisée sur d’autres sites archéologiques, notamment pour sonder la tombe de Toutankhamon afin de vérifier la théorie de l'archéologue britannique Nicholas Reeves. Selon ce dernier, la reine Néfertiti, dont la momie n’a jamais été retrouvée, y serait enterrée dans une chambre secrète.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles