L'emplacement de la mythique bataille de Gergovie découvert ?

Il s'agit d'indices et rien n'indique qu’un siège y a été tenu. [CC / Shagshag / Flickr]

Par Toutatis, on a retrouvé Gergovie. Des archéologues ont mis au jour cet été un vaste dallage en basalte sur le plateau de Gergovie, endroit supposé du mythique affrontement entre gaulois et romains en -52 av J-C.

Cette découverte pourrait confirmer la discutable localisation de cet épisode de la Guerre des Gaules qui avait vu Vercingétorix repousser les assauts des légions romaines. Depuis plus d’un siècle, les archéologues s’écharpent sur le théâtre possible de la bataille.

A lire aussi : Les Gaulois, des ancêtres «raffinés» et pas forcément moustachus

En découvrant pendant l’été ce monumental appareillage de pierres, 120 mètres de long sur 25 mètres de large, Peter Jud, l’archéologue suisse responsable des fouilles ne doute pas qu’il s’agit des imposantes dimensions que devait posséder cet oppidum décrit jadis par César. «C’est du jamais vu dans le monde gaulois. Sans doute le cœur de Gergovie» s’enthousiasme-t-il. «Sous réserve de datations plus précises, la porte de Gergovie (découverte en 2015 ndlr.) date des années 60 avant notre ère et la place pavée de La Guerre des Gaules».

Une découverte incertaine

«Si les remarquables aménagements découverts cette année sont inconnus de l’époque gauloise, c’est précisément parce que cette ville gauloise que l’on recherche depuis plus d’un siècle… ne l’est peut-être pas» tempère Matthieu Poux, professeur d’archéologie à l’université de Lyon-II. Pour lui, ces éléments peuvent aussi bien témoigner de la présence d’une ville gauloise contemporaine de Gergovie... qu’une ville gallo-romaine postérieure. Et rien n'indique qu’un siège y a été tenu.

A lire aussi : L'itinéraire d’Hannibal dans les Alpes identifié grâce à du crottin de cheval

Il se trouve que Matthieu Poux est le responsable des recherches archéologiques de Corent, un lieu distant de 7 kilomètres du plateau de Gergovie. Certains spécialistes estiment que ce site pourrait lui aussi être le lieu possible du déroulement de la bataille. Quelque soit la vérité, Gergovie a vraisemblablement été abandonnée au Ier siècle de notre ère et déplacée dans la future Clermont-Ferrand. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles