Un Américain condamné pour diffamation d'Albert de Monaco

Le prince Albert II, le 19 septembre 2012 à Monaco [Valery Hache / AFP/Archives] Le prince Albert II, le 19 septembre 2012 à Monaco [Valery Hache / AFP/Archives]

Un blogueur américain, qui se présente comme un ancien espion ayant oeuvré pour le compte d'Albert de Monaco, a été condamné vendredi à Paris pour avoir diffamé le prince ainsi que plusieurs personnalités du Rocher, a-t-on appris mardi de source judiciaire.

Robert Eringer, résidant à Santa Barbara (Californie), a été condamné à 3.000 euros d'amende et 9.000 euros de dommages et intérêts par la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris, pour avoir diffamé le prince.

Il avait notamment accusé Albert II de manquements à la loyauté dans un appel d'offres concernant un projet d'extension de la plage de Monaco et d'un espace habitable sur la mer, ainsi que d'avoir promu en toute connaissance de cause un juge corrompu ou encore avoir perçu de l'argent en échange de son soutien à des escroqueries.

Robert Eringer a également été condamné pour diffamation et injures à l'encontre de six autres personnes: un promoteur monégasque, l'avocat du prince, Me Thierry Lacoste - qualifié de "grosse dinde" par le blogueur -, le chef de la police du Rocher, le chef de l'administration du palais, le chef des Relations extérieures, le chef des Services judiciaires de la principauté.

Robert Eringer a ainsi été condamné à sept amendes allant de 800 à 3.000 euros, et des dommages et intérêts allant de 1.000 à 9.000 euros, pour un total de 17.800 euros d'amende et 45.000 euros de dommages et intérêts.

Le tribunal a également ordonné la suppression des passages jugés diffamatoires du blog de Robert Eringer.

Dans une interview publiée en 2009 par Paris-Match, Robert Eringer affirmait avoir organisé à la demande du prince Albert une agence d'espionnage baptisée "Monaco Intelligence Service", qui ne rendait compte qu'au souverain monégasque.

Ce dernier l'avait alors attaqué devant la justice américaine.

À suivre aussi

Un agent de l'agence américaine de lutte contre la drogue (DEA) examine des médicaments confisqués contenant du fentanyl, le 8 octobre 2019 dans un laboratoire de New York [Don Emmert / AFP]
Justice Etats-Unis : les grands laboratoires en procès pour la crise des opiacés
Faits divers Etats-Unis : une nounou écope de 20 ans de prison pour avoir abusé sexuellement et être tombée enceinte d'un garçon de 11 ans
Justice La «démembreuse du Canal du Midi» jugée à partir de ce lundi pour avoir coupé en morceaux sa collègue de bureau

Ailleurs sur le web

Derniers articles