Penélope Cruz estime qu'il faut rouvrir l'enquête sur Woody Allen

[LLUIS GENE LLUIS GENE / AFP]

L’actrice espagnole Penélope Cruz, qui a joué dans deux films de Woody Allen, pense que l’affaire d’agression sexuelle qui oppose le cinéaste à sa fille adoptive Dylan Farrow doit être clarifiée.

«S'il y a une affaire n'importe où dans le monde qui n'est pas claire, alors pourquoi ne pas l'examiner à nouveau ? Je suis pour», a déclaré Penélope Cruz à Vanity Fair. Classée sans suite par la justice en 1993, l’affaire d'agression sexuelle qui oppose le réalisateur à sa fille adoptive Dylan Farrow - qui l'accuse d'avoir abusé d'elle alors qu'elle était âgée de sept ans - a resurgi en janvier dernier lors d'une interview de la jeune femme qui a réitéré l'accusation.

Depuis un certain nombre de stars ont affirmé ne plus vouloir travailler avec le réalisateur. Des interprètes de son prochain long-métrage, intitulé A Rainy Day in New York (dont Timothée Chalamet et Rebecca Hall) se sont quant à eux engagés à reverser le montant de leur cachet à l’association de soutien aux victimes de harcèlement Time's up.

Penélope Cruz, qui a remporté un oscar pour son rôle dans Vicky Christina Barcelona, précise cependant qu'elle ne souhaite pas rejoindre d’office la liste de ces acteurs et actrices qui regrettent ou ne veulent plus travailler avec Woody Allen. « Cela n'ajoute rien de bon à la situation. (...) Nous sommes sensés croire en la justice, ça a été étudié il y a des années, et ce n'est pas clair. Il faut réétudier la question. Et alors je pourrai me prononcer».

Le réalisateur continue de clamer son innocence

De son côté Woody Allen a récemment affirmé qu’il devrait être considéré comme une égérie du mouvement #MeToo, jugeant son attitude exemplaire tout au long de sa carrière. «J'ai travaillé dans le cinéma pendant cinquante ans, avec des centaines d'actrices, et pas une seule n'a suggéré la moindre attitude déplacée » a-t-il déclaré lors d’une interview pour la chaîne de télévision argentine Canal 13.

Un ralliement qui a fait grincer beaucoup de dents, dont celles de Dylan Farrow, son accusatrice. « Tout ce que les récentes singeries de Woody Allen montrent est son désespoir pour sauver sa carrière désormais chancelante. Son véritable point de vue sur Weinstein et #MeToo était clair dès sa première réaction, lorsqu'il a défendu Weinstein. Tout ce qu'il dit à présent n'est rien d'autre qu'une stratégie de relations publiques très bien huilée pour miner les allégations crédibles qui le visent. Nous sommes à présent plus prudents et nous savons ce que peuvent faire les hommes de pouvoir pour ridiculiser et réduire au silence leurs victimes » a-t-elle posté le 5 juin sur Twitter.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles