Rachida Dati se positionne pour la primaire à droite

Rachida Dati pendant un meeting lors de la campagne présidentielle à Lille le 23 février 2012 [Philippe Wojazer / AFP/Archives] Rachida Dati pendant un meeting lors de la campagne présidentielle à Lille le 23 février 2012 [Philippe Wojazer / AFP/Archives]

Après Chantal Jouanno, Claude Goasguen et Pierre Lellouche, Rachida Dati, maire UMP du VIIe arrondissement, se positionne pour la primaire ouverte à droite à Paris, dans l'optique des municipales de 2014, déclarant dimanche dans le JDD qu'elle sera "sans doute" candidate.

"En temps utile, je serai sans doute candidate à des primaires ouvertes. Je veux porter une vision et une ambition pour Paris", affirme l'ancienne garde des Sceaux tout en se livrant à une critique en règle de la politique du maire Bertrand Delanoë (PS) depuis 2001.

Interrogée sur ses thèmes de campagne prioritaires, elle cite "le logement, les transports, le cadre de vie" ou encore "les jeunes", pour lesquels elle souhaite de nouveaux lieux artistiques, des structures "plus ouvertes, plus accessibles".

Sur les transports, elle dénonce le fait qu'"aucune offre supplémentaire de transport souterrain n'a été faite depuis 2001 alors qu'il représente les 4/5èmes du mode de déplacement des Parisiens". "Commençons par augmenter le nombre de métros et améliorons les conditions de transport: propreté, air conditionné, désengorgement de certaines lignes comme la 13...", ajoute-t-elle.

L'UMP, en quête d'un chef de file pour les prochaines municipales dans la capitale, pourrait organiser une primaire courant 2013 pour désigner son candidat.

Alors que François Fillon, nouveau député de Paris, qui vise la présidence de l'UMP, a récemment jugé "pas d'actualité" la question d'une éventuelle candidature à Paris, le député Pierre Lellouche et la sénatrice Chantal Jouanno se sont déjà dits favorables à une primaire ouverte à tous les Parisiens, en soulignant que, le cas échéant, ils seraient eux-mêmes candidats.

Ce mois-ci également, le député-maire UMP du XVIe arrondissement Claude Goasguen a souhaité que Jean-Louis Borloo soit candidat à la mairie de Paris, mais précisé qu'à défaut il serait lui-même candidat à l'investiture dans le cadre de primaires.

Interrogée sur ces trois candidatures possibles (Jouanno, Goasguen, Lellouche), Rachida Dati répond : "Je n'ai rien à dire. La politique, ce n'est pas la guerre. Moi je parle de fond".

A gauche, Anne Hidalgo, première adjointe PS du maire, est d'ores et déjà candidate à la succession de M. Delanoë, qui ne se représentera pas dans 18 mois.

Vous aimerez aussi

Politique Conférence des territoires : les divergences État-collectivités peinent à se faire oublier
mobilisation Corse : des milliers de personnes ont manifesté aux côtés des nationalistes
Collectivités Corse : l'Etat ne nous propose pas «une discussion» mais «une capitulation», dénonce Simeoni

Ailleurs sur le web

Derniers articles