Ayrault : le PS a subi "la tromperie" de Cahuzac

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, le 14 juin 2013 à Matignon [Bertrand Guay / AFP] Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, le 14 juin 2013 à Matignon [Bertrand Guay / AFP]

Jean-Marc Ayrault a jugé lundi que l'élimination dimanche du PS au premier tour de la législative partielle de Villeneuve-sur-Lot s'expliquait par "la tromperie" de l'ex-ministre du Budget Jérôme Cahuzac.

"Je craignais cette situation. Comme beaucoup j'ai vécu douloureusement la découverte du mensonge de Jérôme Cahuzac et je craignais que cela fasse des dégâts en profondeur. Eh bien dans son fief... la tromperie a laissé des traces et c'est ce que nous subissons aujourd'hui", a déclaré le Premier ministre à la presse en marge de l'inauguration du salon aéronautique du Bourget.

Il a estimé que c'était "une raison de plus pour relever la tête", une "raison de plus pour être exigeant avec la transparence".

Jean-Marc Ayrault a ainsi rappelé que l'Assemblée nationale commençait dans l'après-midi l'examen du projet de loi sur la transparence de la vie publique, en souhaitant que les députés soient "suffisamment audacieux pour que cette page soit tournée".

Dimanche, le candidat du PS, Bernard Barral (23,69%), a été éliminé au premier tour de la législative partielle de Villeneuve-sur-Lot, faute d'avoir recueilli 12,5% des inscrits.

Au second tour, le candidat UMP, Jean-Louis Costes (28,71%), arrivé en tête, affrontera celui du FN, Etienne Bousquet-Cassagne (26,04%).

Le numéro un du PS, Harlem Désir, a appelé dès dimanche soir à "faire barrage" au candidat du FN.

Vous aimerez aussi

Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev sourit en tenant un bulletin dans un bureau de vote à Moscou, le 9 septembre 2018 [Dmitry Astakhov / Sputnik/AFP]
Russie Moscou : Sergueï Sobianine réélu maire, arrestations massives
 Jimmie Åkesson, des Démocrates de Suède (anti-immigration), s'exprime devant ses partisans à Stockholm le 9 septembre après les élections législatives. [Anders WIKLUND / TT News Agency/AFP]
Politique Sous pression des nationalistes, la Suède se cherche un gouvernement
Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel, à Bruxelles le 28 juin 2018 [JOHN THYS          / AFP/Archives]
Élections En pré-campagne pour les européennes, Emmanuel Macron reçoit Angela Merkel

Ailleurs sur le web

Derniers articles