Chatel s'interroge sur "l'efficacité du baccalauréat"

Luc Chatel, vice-président délégué de l'UMP et ancien ministre de l'Education nationale, le 19 mars 2013 à l'Assemblée nationale à Paris [Patrick Kovarik / AFP/Archives] Luc Chatel, vice-président délégué de l'UMP et ancien ministre de l'Education nationale, le 19 mars 2013 à l'Assemblée nationale à Paris [Patrick Kovarik / AFP/Archives]

Luc Chatel, vice-président délégué de l'UMP et ancien ministre de l'Education nationale, a affirmé qu'on pouvait s'interroger sur l'efficacité" du baccalauréat, un examen qui "nécessiterait une vraie réflexion", lundi sur BFMTV.

Comme lorsqu'il était ministre de l'Education nationale, M. Chatel pense "toujours que le bac est à bout de souffle. Il nécessiterait une vraie réflexion".

Selon lui, "quand 70% d'une classe d'âge passe le bac avec un taux de succès de 85%, on peut s'interroger sur l'efficacité d'un tel examen".

"Il faudrait que le bac prépare beaucoup mieux à l'enseignement supérieur, qu'il soit davantage tourné vers le contrôle continu", a-t-il ajouté, estimant qu'il "ne correspond plus aux attentes qu'on peut avoir aujourd'hui d'un tel examen".

"Les Français y sont attachés parce que c'est un rite initiatique, un passage à l'âge adulte. C'est le premier examen de l'enseignement supérieur. C'est une institution mais ce n'est pas pour ça qu'il ne faut pas le faire évoluer avec le monde qui bouge, le monde qui change", a-t-il également affirmé.

À suivre aussi

Le « nouveau » bac a débuté sous la menace des grèves
Education Le « nouveau » bac a débuté sous la menace des grèves
Education Bac : les épreuves de première débutent dans un climat tendu
Banque Xaalys : Une néobanque pour éduquer les ados à l'argent

Ailleurs sur le web

Derniers articles