Cambadélis: à La Rochelle, le PS "fera synthèse"

Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadelis, le 14 juin 2014 à Paris [Fred Dufour / AFP/Archives] Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadelis, le 14 juin 2014 à Paris [Fred Dufour / AFP/Archives]

Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste, a assuré vendredi matin que le PS "fera synthèse" à l'issue de son Université d'été qui s'ouvre à La Rochelle.

Interrogé par France 2 depuis cette ville, au lendemain d'une interview où il a cadré les discussions internes - il ne s'agit pas de "renverser le gouvernement" - le député a commenté : "je ne pense pas que le débat soit entre les frondeurs et le gouvernement".

Il est "entre le PS avec l'ensemble de ses sensibilités et le gouvernement", a poursuivi M. Cambadélis.

"Il n'y a pas d'une part ceux qui contestent l'orientation économique - je dis bien économique - du gouvernement et de l'autre un gouvernement esseulé. Il y a un parti dans lequel il y a des nuances, des divergences, mais qui fera synthèse et qui discutera avec le gouvernement", a assuré le numéro un socialiste.

Le PS, "c'est dans son ADN qu'il y a des désaccords", a voulu relativiser l'élu de Paris. "Depuis près de 20 ans que je viens à La Rochelle, je n'ai jamais vu une réunion commencer dans l'unanimité".

Il a rappelé des éditions de cette université de rentrée "où on se sifflait les uns les autres".

"Ce ne sera pas le cas", a tranché M. Cambadélis.

Il s'est dit persuadé que son "appel à dépasser les divergences, à ne pas surjouer les différences a été entendu".

"L'orage a éclaté avant La Rochelle", a assuré celui qui veut "rassembler, apaiser".

Désunie, ébranlée par une grave crise gouvernementale et une polémique sur les 35 heures, la "famille" socialiste presque au grand complet ouvre dans une ambiance électrique ses trois jours de débat à La Rochelle, quatre jours après la constitution d'un nouveau gouvernement par Manuel Valls que ses contestataires accusent de mener une politique droitière.

Vous aimerez aussi

Le ministre argentin de l'Economie Nicolas Dujovne (G) et la directrice du FMI Christine Lagarde lors d'une conférence de presse au sommet du G20 à Buenos Aires le 21 juillet 2018 [Agustin MARCARIAN / AFP]
Économie G20 Finances : les Etats-Unis inflexibles, le bras de fer commercial perdure
Le président cubain Miguel Díaz-Canel (c) à l'Assemblée nationale, le 21 juillet 2018 à La Havane [Jorge BELTRAN / AFP]
Économie Cuba s'ouvre à l'enrichissement privé, sans «société communiste»
Conso Comment faire des économies sur sa facture d'électricité ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles