Les principales déclarations de François Hollande

Le président François Hollande lors de la conférence de presse du jeudi 18 septembre. Le président François Hollande lors de la conférence de presse du jeudi 18 septembre. [PATRICK KOVARIK / AFP]

Le président François Hollande répond aux questions des 350 journalistes réunis à l'Elysée à l'occasion de la quatrième conférence de presse de son mandat. Un exercice périlleux pour le chef de l'Etat confronté à une crise politique et personnelle.

 

La conférence de presse du président François Hollande a commencé. Avant de répondre aux questions des 350 journalistes français et étrangers réunis à l'Elysée, le chef de l'Etat a débuté son intervention par un point sur la situation internationale.

Suivez en direct les principales déclarations du chef de l'Etat. 

 

> L'Etat islamique

- "Le monde est menacé gravement par un terrorisme qui a changé de dimension".

- "C'est en Irak que le danger est le plus grand". 

- "La France répondra à la demande d'envoi d'un soutien aérien en Irak". "Nous n'irons pas au-delà et il n'y aura pas de troupes au sol"

- "Nous devons agir pour notre sécurité". 

 

> L'épidémie Ebola

- Un hôpital militaire français va être bientôt installé en Guinée

 

- "Il s'agit de sauver des vies et de protéger les nôtres"

 

> L'Europe

- "Après un demi-siècle de construction de l'Europe, nous risquons d'entrer dans un processus de déconstruction"

- "L'Europe doit être une protection"

- "L'Europe ne peut pas avoir pour objectif l'inflation zéro"

- "La France ne demande pas un traitement à part. Elle parle dans l'intérêt de l'Europe toute entière"

- La France "ne fera pas davantage" que 50 milliards d'euros d'économies

 

- Le président annonce qu'il va engager les "négociations", notamment avec l'Alemagne, pour faire accepter un report à 2017, au lieu de 2015, du retour du déficit public au seuil de 3% du PIB. "Je ne pense pas qu'une économie comme la France puisse faire à la fois le rétablissement de sa compétitivité et le rétablissement de ses comptes publics".

 

> La France

- "J'ai fait le choix de la justice sociale"

- "J'ai fait le choix de la jeunesse. L'éducation est la priorité"

- "J'ai fait le choix de la transformation et de l'innovation. C'est l'esprit des 34 plans industriels"

- Hollande entend "élargir autant que possible" le service civique

- "J'ai fait le choix de la République. La justice est indépendante, la presse est indépendante"

- "Il n'y a pas davantage d'élus indélicats. Il y a désormais des procédures qui permettent de les découvrir et de les sanctionner"

 

- "Les résultats tardent à venir mais ils viendront"

- "Je crois en la France"

 

> La majorité fragilisée

- Si l'Assemblée nationale n'avait pas accordé sa confiance à Manuel Valls, François Hollande aurait dissous l'Assemblée

- "Mon objectif est de rassembler. J'ai des convictions et la politique menée répond à mes convictions"

 

> Le retour de Nicolas Sarkozy 

- "Il ne m'appartient pas de commenter les éventuelles déclarations de candidature à la tête d'un parti"

 

> 2017

- "Ce n'est pas maintenant que la question doit se poser"

- "Je suis président, je ne suis pas candidat"

 

> Dégradation de la note française

Le chef de l'Etat affirme ne pas être au courant d'une éventuelle dégradation de la dette de la France

 

> L'extrême-droite

- "Oui, nous avons une responsabilité"

 

> Les impôts

- "9 millions de Français seront touchés par la baisse des impôts sur le revenu" en 2015

 

 

- François Hollande assure qu'il n'y aura pas d'augmentation de la TVA

 

> Le livre de Valérie Trierweiler

- "Je me suis déjà exprimé, je ne vous donnerai pas d'autres réponses"

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles