Mariage pour tous, loi Taubira : l’UMP divisée

La Manif pour Tous appelle à une nouvelle mobilisation le 5 octobre. [MARTIN BUREAU / AFP / ARCHIVES]

A six jours d’un nouveau rassemblement de la « Manif pour tous », alors que Nicolas Sarkozy annonce son intention de briguer la présidence de l’UMP, la loi Taubira s’invite à l’agenda des ténors de l’UMP avec une question : que faudra t-il en faire en cas d’accession au pouvoir ? Maintien, toilettage ou abrogation : les positions variées révèlent de profonds clivages.

 

La « Manif pour tous » met la pression. Alors qu’elle appelle au rassemblement dimanche 5 octobre à Paris et à Bordeaux pour dénoncer la « marchandisation de l’humain » et réclamer l’ « abolition universelle de la gestation pour autrui », elle entend pousser les leaders de l’UMP à clarifier leurs positions.

Electrisée par l’avis de la Cour de Cassation qui estime que la procréation médicalement assistée (PMA) n’est pas un obstacle à l’adoption par des couples du même sexe, la « Manif pour tous » espère une forte mobilisation dimanche. et souhaite faire de l’abrogation de la loi Taubira une mesure clé associée aux prochaines échéances électorales. Un sujet qui se révèle porteurs de profondes divisions au sein de l'UMP.

 

>>> Ils ne veulent pas revenir sur la loi Taubira

 

Christian Estrosi

Le député-maire de Nice a clarifié sa position dimanche sur Canal+. «  Je fais partie de ceux qui disent que nous ne reviendrons pas sur le mariage pour tous », a déclaré ce proche de Nicolas Sarkozy qui avait voté contre le projet de loi le 23 avril 2013.

 

Nathalie Kosciusko-Morizet

NKM, qui s’était abstenue lors du vote de la loi sur la mariage pour tous, a réaffirmé lundi matin sur France Inter son intention de peser auprès de Nicolas Sarkozy pour qu’il renonce à retoucher ou à abroger la loi Taubira en cas d’accession au pouvoir. « Pour le moment Nicolas Sarkozy a une position ouverte sur le sujet, il ne s’est pas prononcé dans un sens ou dans un autre », a t-elle déclaré au cours de l’interview.

 

Alain Juppé

Le maire de Bordeaux, qui a annoncé son intention de se présenter aux primaires de l’UMP entend lui aussi maintenir tel quel le dispositif. "Je crois qu’il s’agit d’un acquis, qui a été intégré par la société française. Je pense que des sauts sont faits dans l’évolution des mœurs et ne sont pas réversibles » a t-il déclaré dans une interview à l’hebdomadaire Valeurs Actuelles.

 

 

>>> Ils veulent abroger la loi Taubira

 

Laurent Wauquiez

Le député-maire du Puy-en-Velay, très présent dans le sillage de Nicolas Sarkozy lors de son meeting à Lambersart, ne manque une occasion de réaffirmer son souhait de voir abrogée la loi Taubira. Je veux qu’on abroge la loi Taubira (…). Je veux qu’on respecte la communauté homosexuelle, qu’on propose des outils juridiques qui permettent de protéger l’union de deux homosexuels, mais je suis attaché à la famille, je suis contre la PMA et la GPA », a t-il récemment déclaré sur Radio Classique / LCI.

 

Hervé Mariton

Le député-maire de Crest (Drôme), candidat à la présidence de l’UMP, fut une des principales figures de l’opposition au mariage pour tous à l’Assemblée nationale. Il n’a pas changé d’avis depuis et a inscrit l’abrogation de la loi Taubira dans son programme. Il a par ailleurs annoncé sa participation à la manifestation du 5 octobre.

 

Philippe Gosselin

Le député de la Manche, maire de Remilly-sur-Lozon, avait lui aussi ferraillé contre le projet de loi en 2013. Il demeure toujours opposé au dispositif et a annoncé sur Twitter son intention de participer à la manifestation du 5 octobre. La remise en cause de certaines mesures de la politique familiale, annoncées lundi pour combler le déficit des comptes de la Sécurité Sociale, l’ont conforté dans cette position.

 

>>> Nicolas Sarkozy attendu, Marine Le Pen prête

 

La position de Nicolas Sarkozy sera déterminante. Un verbatim, publié par Le Nouvel Observateur, avait laissé penser qu’il n’avait pas l’intention de revenir sur le mariage pour tous, mais cette version avait été vivement démentie par son entourage proche. Interviewé sur France 2, l’ex-chef de l’Etat était demeuré évasif sur la question, tout comme certaines de chevilles ouvrières de sa campagne à venir à l’instar de Gérald Darmanin ou Guillaume Peltier (1).

Ces incertitudes pourraient profiter au Front National. Alors que les leaders du mouvement semblaient partagés, ou tout au moins distants, lors des grandes manifestations de 2013, les positions semblent clarifiées. Marine Le Pen a réaffirmé sur i> Télé qu’elle entendait abroger la loi ouvrant le mariage au couple de même sexe en cas d’accession au pouvoir, position qu’elle avait déjà formulée au lendemain de l’adoption du projet de loi.

La persistance des divergences parmi les leaders de l’UMP pourrait permettre au FN de rafler la mise en drainant vers lui des électeurs de l’UMP, voire des militants, engagés contre le mariage pour tous et inquiets, sinon déçus, par les antagonismes qui se manifestent à la tête du mouvement.

 

(1) Actualisation 30/09 - 13H00 : Guillaume Peltier a déclaré mardi matin sur BFM TV qu'il "faut avoir le courage d'annuler les mauvaises réformes de la gauche" à propos de la loi Taubira).

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles