Changement de nom du PS : Bartolone recadre Valls

Claude Bartolone Claude Bartolone, président PS de l'Assemblée nationale. [AFP]

Manuel Valls s'est déclaré favorable à un changement de nom du Parti socialiste pour construire une nouvelle gauche. Une idée qualifiée de "faute" par Claude Bartolone, président PS de l'Assemblée nationale, qui invite le Premier ministre à se "concentrer" sur son travail.

 

Alors que le Parti socialiste se déchire entre soutiens du gouvernement et frondeurs, Claude Bartolone, président PS de l'Assemblée nationale est monté au créneau pour appeler au rassemblement et dénoncer vivement la proposition de Manuel Valls de changer le nom du parti.

Dans une tribune publiée mercredi 22 octobre sur son blog et intitulée "Maintenant, ça suffit", Claude Bartolone dénonce les divisions et ces "mots qui blessent la gauche".

"Ici, nous serions des passéistes, sommés de changer le nom du Parti socialiste  - quelle étrange idée.  Là, notre politique menacerait la République – rien de moins", écrit-il faisant référence aux déclarations du Premier ministre et de l'ex-ministre Benoît Hamon. "Il est simplement temps de dire stop", souligne-t-il encore.

Et le président de l'Assemblée nationale ne s'est pas arrêté là. Interrogé jeudi 23 octobre sur RTL, il a de nouveau critiqué le projet de changement de nom du PS évoqué par Manuel Valls, y voyant une "faute".

"L'idée même de changer le nom, le Premier ministre l'a portée au sein du Parti socialiste. Et je lui dis : 'cher Manuel, c'est une faute. Pour le moment, concentre-toi sur ton travail de Premier ministre, réponds aux attentes des Français en termes de sécurité, d'emploi, de transition énergétique, et laisse ce débat aux militants socialistes qui auront à discuter de tout cela au moment du prochain congrès'", a-t-il ajouté.

 

Manuel Valls persiste 

Dans un entretien à l'Obs (anciennement Nouvel Observateur) publié ce jeudi 23 octobre, Manuel Valls appelle à "en finir avec la gauche passéiste" et propose de "bâtir une maison commune" de "toutes les forces progressistes".

Le Premier ministre se dit également favorable, "pourquoi pas" à un changement de nom du PS.

Interrogé sur RMC / BFM TV quelques minutes après l'intervention de Claude Bartolone sur RTL,  Manuel Valls a réitéré ses propos, estimant qu'il fallait "réfléchir entre toutes les forces progressistes à construire une maison commune, peut-être demain une formation politique commune". Et d'ajouter : "au bout de ce processus, les questions comme le changement de nom (du PS) peuvent parfaitement se poser".

Les tensions entourant cette question sont donc loin de s'apaiser. 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles