Le congrès sans chichi des "Républicains"

Pour le premier congrès des "Républicains", le parti a misé sur la simplicité. A l'image d'Alain Juppé, qui a mangé son sandwich en public.[CHARLY TRIBALLEAU / AFP]

Budget serré oblige, le congrès des "Républicains" a affiché samedi sa sobriété et évité tout chichi: décor minimaliste, chaises blanches immaculées et packs de demi-bouteilles d'eau disposées sur des palettes à l'extérieur.

 

"Vous devez avoir faim, en plus il n'y a pas de déjeuner, j'espère que cela ne va pas détourner votre attention", espère sans ironie l'ancienne ministre Michèle Alliot-Marie. Dans la longue liste d'interventions sans pause qui se succèdent à la tribune, elle a été programmée à la mi-journée. Pendant-ce temps là, Jean-Pierre Raffarin et NKM font la queue à l'extérieur devant l'un des "food trucks", ces petites camionnettes de restauration, une mode américaine qui essaime à Paris. 

En arrivant, l'ancien chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy, a pris un bain de foule et rendu une visite expresse à l'un d'entre eux, "Melle Roquette". La nuée de caméras et de militants empêcheront de voir s'il y a bu un café... Philippe Gosselin, député de la Manche, n'a pas apporté "son petit sandwich" comme recommandé par les organisateurs et du coup, envisage "une petite grillade à l'extérieur avec une bière"...

 

Frugalité affichée

Mais l'absence de déjeuner ou de café n'est pas le seul signe de frugalité d'une journée délibérément voulue sans ostentation. A l'entrée, une quinzaine de toilettes en plastique alignées, façon toilettes provisoires de chantier ou de concert de rock. Un peu plus loin, à la manière d'un super marché hard discount, de rares palettes de demi-bouteilles d'eau sont à disposition. Les bus en provenance des fédérations qui stationnent habituellement aux abords des meetings brillent par leur absence.

A l'intérieur, simplicité maximum: chaises d'un blanc immaculé, immense rideau bleu en fond et écran géant blanc. Sobre aussi... la participation, car si l'assistance s'est gonflée à l'heure du discours de Nicolas Sarkozy, des rangées de chaises sur les côtés et à l'arrière sont restées désespérément vides une partie de la journée, de même qu'une tente dressée à l'extérieur. 

 

Stylo à un euro et cure-dent

Ce congrès fondateur des "Républicains" sera "sobre", tout le monde avait été prévenu. Oubliées les factures de Bygmalion et les meetings de la campagne 2012.  D'ailleurs l'addition de 550.000 euros ce sera "cinq fois moins cher" que le congrès du PS début juin à Poitiers, explique samedi le directeur général du parti, Frédéric Péchenard, qui déambule, tranquille, entre les allées, veillant au bon déroulement. Totalement faux, a répliqué le PS, qui compare ces 550.000 pour une demi-journée aux 960.000 euros des trois jours du congrès socialiste à Poitiers.

A l'entrée, une discrète boutique vend les nouveaux tee-shirts siglés "Républicains" ou encore des stylos à un euro. Toute la panoplie du merchandising n'est pas encore là. Un militant passe, un autocollant "Les Républicains" fixé à sa poche à l'aide... d'un cure-dent.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles