Le Pen suggère que Philippot serait piloté par l'Intérieur

Jean-Marie Le Pen est en guerre contre Florian Philippot. [ALAIN JOCARD / AFP]

Le fondateur du Front National est revenu mercredi sur son éviction du mouvement et sur sa décision d'engager une démarche judiciaire. Il vise en particulier Florian Philippot qu'il semble soupçonner en filigrane d'être téléguidé par la place Beauvau.

 

Jean-Marie Le Pen, qui conteste en justice sa suspension du Front national, s'est dit mercredi "en guerre contre Florian Philippot", et a dénoncé "une purge" après l'éviction d'instances dirigeantes de Bruno Gollnisch et Marie-Christine Arnautu.

"Je ne suis pas en guerre contre le Front national. Je suis en guerre contre M. Philippot. Ce n'est pas pareil (rires). Et je demande que les militants choisissent entre Philippot et Jean-Marie Le Pen. Je ne fais pas de fixation, c'est lui qui a déclaré que la rupture était totale et définitive, c'est lui qui doit assumer sa responsabilité", a déclaré M. Le Pen sur Europe 1.

 

 

Jeu de marionnettes ?

Marine Le Pen, une marionnette de M. Philippot ? "En effet. J'ai l'impression que Marine Le Pen, qui est une communicante hors pair, a été un peu cantonnée dans ce rôle-là et que la direction du Parti proprement dite a été laissée à M. Philippot qui est, on le sait, issu du ministère de l'Intérieur, un homme qui semble avoir une grande ambition. Peut-être un jour de remplacer Marine Le Pen", a-t-il répondu.

Florian Philippot a travaillé jusqu'en 2011 à l'Inspection générale de l'administration, rattachée au cabinet du ministre de l'Intérieur.

 

Le FN socialo-gaulliste ?

Le fondateur du FN a confirmé ne pas souhaiter la victoire de sa fille en 2017. "Il est évident que si cette ligne-là est celle du Front national, si le Front national est devenu un parti socialo-gaulliste, je ne vois pas d'intérêt à sa victoire".

M. Le Pen a par ailleurs dénoncé l'éviction de deux proches, Bruno Gollnisch et de Marie-Christine Arnautu, respectivement de la commission des conflits et de la commission d'investitures du parti: "Je déplore et je condamne cette purge qui démontre bien quelles sont les intentions cachées de ceux qui ont actuellement la responsabilité de cette direction. Je trouve assez scandaleux que ce soient ceux qui ont créé le Front national et qui se sont battus dans ses rangs pendant des années (qui) soient contraints de s'effacer devant de jeunes loups".

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles