Hidalgo veut réformer le statut et les arrondissements de Paris

[Joel Saget / AFP/Archives]

La maire PS de la capitale aurait adressé une "note confidentielle" à l'Elysée et à Matignon en vue de modifier le statut de la ville et ses pouvoirs vis-à-vis de l'Etat, a indiqué Le Monde mardi.

 
Un projet de loi serait en effet en réflexion et pourrait être examiné "si possible début 2016". La note de quatre pages, remise ce mois-ci au président de la République, François Hollande, ainsi qu'au Premier ministre, Manuel Valls, prévoit une fusion entre la mairie et le département de Paris. Un rapport de la chambre régionale des comptes (CRC) va d'ailleurs en ce sens.
 
Anne Hidalgo souhaiterait également donner plus de pouvoir à la municipalité, ou du moins une meilleure "répartition des compétences" entre Paris et l'Etat. Selon elle, le fonctionnement actuel "nuit à l'efficacité des politiques qu'il faut conduire".
 
Exemple : l'urbanisme, avec une autorité totale de la ville sur la voirie parisienne, ou la question du travail dominical, sur laquelle l'élue est en conflit avec le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron. Quant à la sécurité, elle doit, selon Anne Hidalgo, relever de l'Etat, "surtout en période de menace terroriste."
 
 
Une nouvelle carte des arrondissements ?
 
De même, la répartition des arrondissements de Paris, en escargot, pourrait évoluer afin notamment de rééquilibrer la démographie de la capitale. A titre de comparaison, l'arrondissement le plus peuplé est le 15e, avec 238 000 habitants, quand le 1er, le moins peuplé, en compte 17 000. Idem pour la densité : 42 000 habitants au kilomètre carré dans le 11e, et moins de 10 000 hab/km2 dans le 1er. Cette répartition en 20 arrondissements date de 1859.
 
 
dm_img_secondaire_3-2-113a.jpg
© Archives de Paris / cartographie : Atelier Lacombe
 
 
Le groupe Les Républicains au conseil de Paris a aussitôt réagi dans un communiqué, en confirmant "l'intérêt d'une réforme institutionnelle qui gommerait les archaïsmes administratifs du statut de la capitale". L'opposition estime néanmoins que la question des arrondissements "ne pourrait être envisagée qu’après une consultation des Parisiennes et des Parisiens sous forme d’un référendum local"
 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles