Pourquoi dit-on "se faire un sang d'encre" ?

Quelqu'un se fait un "sang d'encre" lorsqu'il est inquiet[Domaine public]

Lorsqu’on est très préoccupé par quelque chose, on dit qu’on "se fait un sang d’encre". L’origine de cette expression remonte au Moyen Age.  

 

Elle renvoie à une croyance populaire selon laquelle certains malades avaient le sang sombre – d’une couleur proche de l’encre noire – car ils en avaient en trop grande quantité. Les médecins de l’époque considéraient alors que l’excès de sang déséquilibrait les humeurs et donnait un sentiment d’angoisse et d’inquiétude.

C’est pour cette raison que les guérisseurs préconisaient de pratiquer la saignée, pratique qui permettait selon eux de réduire la quantité de "mauvais sang" foncé dans les veines du patient. Ce dernier était ainsi supposé voir son état d’esprit s’améliorer en même temps que sa santé. L’expression "se faire un sang d’encre" a ensuite été intégrée officiellement dans le dictionnaire de l’Académie française dans le courant du XVIIIe siècle.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles