Paris : le top 5 des rooftops

Le rooftop du Mama Shelter est l'une des terrasses les plus courues de Paris en été. Son design est signé Philippe Starck.[F. Amiand]

C’est à Manhattan qu’ont éclos les premiers rooftops. Avant d’essaimer à Londres, Los Angeles, Tokyo… Des espaces perchés au sommet des immeubles qui offrent des panoramas de toute beauté. Sur ces terrasses, en fin de journée, on converse, on sirote un verre, on participe à un barbecue.

 

Paris ne pouvait échapper longtemps au phénomène. Souvent annexes d’hôtels chics ou de restaurants branchés, les rooftops de la capitale ne désemplissent pas pendant l’été.

 

La plus art déco : la piscine Molitor

molitor_terrasse_356.jpg

[Crédits : F. Baron-Morin]

La terrasse de plus de 500 m2 domine autant le bassin central et son azur que l’ouest parisien. Un sommet où l’on peut deviser en toute décontraction, un mojito à la main (15 euros le cocktail). Rouverte il y a un an, la très huppée piscine Molitor concentre équipement nautique et art de vivre. Un programme qui puise dans l’histoire du lieu : inaugurée en 1929, Molitor s’imposa comme LE bassin VIP de la capitale jusqu’à sa fermeture en 1989.
 
Elle fut ensuite investie par des artistes-graffeurs qui s’approprièrent l’espace en le transformant en repaire de l’underground jusqu’à sa remise en service en 2014. Aujourd’hui, l’empreinte artistique est perceptible : on pourra admirer tout l’été sur le rooftop des sculptures de la Française Nathalie Decoster, dans une exposition intitulée Gone with the red wind. Un cadre chic qui n’est pas seulement réservé aux adhérents de la piscine : les clients extérieurs y sont les bienvenus. A la carte du chef Julien Mercier : brochettes de viande, salade d’artichauts, houmous bio, fromages italiens, glaces et sorbets.
 
Le rooftop de la piscine Molitor, 8, avenue de la Porte Molitor (16e).
 
 
La plus centrale : le Perchoir du BHV
img_20140630_1934041-2.jpg
[Crédits : DR]
 
Tout sera fin prêt. Ce lundi 15 juin, à 20h15 précises, les portes du Perchoir BHV MARAIS, situé au septième étage du grand magasin, s’ouvriront. Initialement, le Perchoir est un rooftop inauguré à Ménilmontant en 2013. Ce n’est qu’en 2014 que l’établissement a investi les 250 m2 de la terrasse du Bazar. Pour ce deuxième été, on retrouve l’ameublement confortable, les cocktails fruités, un set régulier assuré par un DJ…
 
Légère évolution : un thème plus méditerranéen avec mobilier blanc et bleu et en-cas aux saveurs du Sud. Surtout, demeurera ce qui fait le charme du lieu : sa vue imprenable. De là, on contemple la tour Eiffel, la tour Saint-Jacques et la grande horloge de la gare de Lyon. Et en face, resplendit l’architecture de style néo-Renaissance de l’Hôtel de Ville. Une vision à 360° qui fascine. Mais la médaille a son revers : pour faire partie des 200 happy few qu’autorise la jauge du Perchoir, mieux vaut s’armer de patience dans la file d’attente.
 
Le Perchoir BHV MARAIS, 37, rue de la Verrerie (4e).
 
 
La plus romantique : le 43 Up the Roof
2011.jpg
[Crédits : Holiday Inn]
 
S’il ne figure pas parmi les rooftops les plus vastes, le 43 Up the Roof peut se vanter de sa vue fastueuse. On y tutoie les hauteurs, au-delà, les toits du Quartier latin. L’ensemble se rapproche de la carte postale : Notre-Dame, la tour Eiffel, le Panthéon et le Sacré-Cœur à l’horizon. Le décor – petits palmiers et cactus – se donne des allures romantiques, accentuées par les bougies allumées sur les tables à la tombée du jour.
 
A la carte : coupes de champagne ou cocktails (15 euros) mixés par le barman Andrew Kemp récemment recruté. Ou le «Do it yourself» (17 euros), une composition personnalisée en fonction des goûts du client. Demeure un défi : réussir à accéder au «43», ainsi nommé car il trône sur un immeuble à cheval entre le 4, rue Danton et le 3, rue Suger. L’espace est réservé en priorité aux clients de l’hôtel Holiday Inn, qui se trouve aux étages inférieurs. Réserver sa place à l’avance, par mail ou bien sur Facebook, s’impose.
 
43 Up the Roof, 4, rue Danton (6e).
 
 
Le plus dansant : le Nüba
5_0.jpg
[Crédits : Jakob Khrist]
 
Situé juste au-dessus du très couru Wanderlust, au sommet de la Cité de la mode et du design, le Nüba (prononcer «nouba») a ouvert en 2013. Il est vite devenu la Mecque d’une clientèle jeune et fêtarde. Pas étonnant quand on sait que c’est Lionel Bensemoun, l’un des cofondateurs du Baron, ce club sélect de l’avenue Marceau, qui a participé au lancement. Aux beaux jours, ceux qui fréquentent ce lieu au design soigné migrent sur la terrasse.
 
Grandes tables, bancs, transats, baby-foot, sous de grands parasols… L’ambiance se veut très conviviale. On peut y déjeuner (21 euros pour un plat et un café gourmand) et dîner (à la carte, 50 euros environ). Mais surtout danser jusqu’à 5 heures, sur des sets de DJ électro et house du monde entier. Ce soir, mixeront par exemple des figures du label autrichien Soundterrasse. Dimanche, ce sera Valentin Stip, le jeune protégé du génie de l’électro et producteur Nicolas Jaar.
 
Nüba, 36, quai d’Austerlitz (13e).
 
 
Le plus design : Mama Shelter
004terrasse_mama_petit.jpg
[Crédits : F. Amiand]
 
Spontanément, on oublie qu’on se trouve à Paris. Canisses en bois brut, plantes vertes, chaises teinte métallisée, bougeoirs colorés… Le décor invite à la détente et porte la signature de Philippe Starck, le designer français qu’on s’arrache. Juchée au sommet de l’hôtel Mama Shelter, la terrasse garantit une atmosphère amène, calme et vacancière. On peut se lover dans les hamacs et les lits d’extérieur pour une séance de bronzage.
 
Mais aussi disputer une partie de ping-pong, déguster un cocktail ou profiter d’un barbecue arrosé de bon vin. C’est en 2008 que cet hôtel contemporain, dessiné par l’architecte Roland Castro, fut lancé avec une ambition précise : concilier un service haut de gamme avec des prix moins élevés que ceux proposés habituellement dans le secteur du luxe. Situé en face de la mythique salle de concerts La Flèche d’Or, le Mama Shelter a su s’imposer.
 
Son rooftop accueille les Parisiens pour un dîner aux saveurs estivales à 49 euros. Pour un prix équivalent par personne, la terrasse peut être privatisée en groupe, à midi comme le soir. Il faut toutefois s’y prendre suffisamment tôt pour une réservation.
 
Mama Shelter, 109, rue de Bagnolet (20e).
 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles