Paris : le top 5 des terrasses éphémères

La Vie est belle, en contrebas de la Bibliothèque François Mitterrand, devrait être l'une des terrasses éphémères qui seront prisées en cet été 2015.[La Vie est belle]

Comme chaque année, dès que le soleil réchauffe Paris, des terrasses éphémères annexent les trottoirs. On les voit émerger dans des friches, dans des anciens entrepôts ou sur des quais. Elles offrent un petit morceau de vacances en plein coeur de la capitale. 

 

La plus perchée : la tour Eiffel

c_e.jpg

[Crédits : E. Livinec]

La lutte contre le réchauffement climatique a été déclarée «grande cause nationale pour 2015» par le gouvernement. Cela se mesure bien, jusqu’à la tour Eiffel, tout au moins au premier étage. Le monument aux 250 millions de visiteurs depuis son ouverture, en 1889, ouvre cette année une terrasse d’été écolo, tous les jours entre 10h et 22h. Tables faites à partir de 15 000 bouteilles en plastique, poufs cousus à base de quelque 30 mètres carrés de voile de bateau récupérée… Le décor recyclé se compose de fauteuils, de transats à pédales pour recharger son portable, avec boules de buis et grand velum central.
 
Plus de 250 mètres carrés d’où l’on peut profiter d’une vue étonnante sur Paris et observer le sommet de la tour en levant la tête. Ambiance chic mais pas guindée, propice à la détente. La terrasse sert des glaces artisanales (4,50 euros les deux boules), des barbes à papa (3 euros l’unité) et du champagne rosé (10 euros la coupe). Des douceurs à savourer… à 57 mètres de hauteur.
 
Premier étage de la tour Eiffel, 5, avenue Anatole-France (7e).
 
 
La plus berlinoise : Ground Control
c_charlotte_delcroix_ground_control.jpg
[Crédits : Charlotte Delcroix]
 
Pour son deuxième été, Ground Control quitte le quai d’Austerlitz pour investir un ancien dépôt ferroviaire du nord de Paris, passant de 400 à quelque 5 000 m2. Désormais, le lieu s’apparente quasiment à un village miniature. Un marché de créateurs (maroquinerie, prêt-à-porter, etc.) côtoie un poulailler, un bar, une brasserie et une trattoria. 
Les anciennes voies ferrées ont été transformées en friches à jardiner. Il y a assez de place pour improviser une partie de pétanque entre amis.
 
Le Ground Control ne renie pas les racines industrielles du décor : architecture décatie assumée en l’état, avec pylônes et fils électriques qui zèbrent le ciel. Le cadre s’inspire de Berlin, passée maître dans l’art d’anoblir et de dynamiser des zones désaffectées. Le dépôt du Ground Control pourrait être détruit. Raison de plus pour en profiter. Réjouissances accessibles jusqu’au 15 octobre, 17h à 00h30 du mardi au vendredi et à partir de 11h le week-end.
 
Ground Control, 26ter, rue Ordener (18e).
 
 
La plus artistique : Sonnenkönig
c_sonnenkonig.jpg
[Crédits : Sonnenkönig]
 
C’est une belle et fructueuse association. Le bar Demory de la rue Quincampoix, producteur de bières made in Paris et Maison Food Market, snack qui prépare de délicieux burgers faits maison, ont ouvert ensemble, le 5 juin, Sonnenkönig (signifiant «Roi-Soleil» en allemand). Cette terrasse estivale éclot au cœur des puces de Saint-Ouen, dans la cour des entrepôts Steinitz, du nom d’une famille fameuse de galeristes, installée là depuis les années 1960. Mobilier en matériaux de récupération, chaises bleues pliantes : on peut traîner ici des heures, au soleil ou sous un parasol, à discuter ou à disputer une partie de ping-pong, dans une ambiance détendue et joviale.
 
Tout l’été, de 18h à minuit (toute la journée les samedi et dimanche), le spot mettra en valeur des événements variés. Ce week-end, s’ouvre par exemple une exposition des travaux de Mr. Walter, un graphiste et dessinateur de presse. Et dans une semaine, les amateurs et curieux pourront découvrir Les Cinérotiques, un show burlesque détonnant. Sets de DJ et concerts live figurent également au programme.
 
Sonnenkönig, 77, rue des Rosiers, Saint-Ouen (93).
 
 
La plus balnéaire : La Vie est belle
c_la_vie_est_belle_petit.jpg
[Crédits : La Vie est belle]
 
Le long du quai, elle se distingue immédiatement de ses voisines. Plus lumineuse, plus verdoyante. Sur les tables et alentours, s’épanouissent des plantes, un olivier, du jasmin… C’est un havre de tranquillité pour se relaxer en contrebas de la bibliothèque François-Mitterrand. Inaugurée il y a un mois, cette terrasse saisonnière au décor très fifties (des pin-up s’affichent sur le logo) se décompose en trois espaces. Le coin restaurant sert salades fraîches, planches ou plat du jour. Le coin buvette décline tapas, quesadillas, churros de patates, à partir de 5 euros.
 
Mais c’est le côté plage qui donne envie de s’y poser. Bien installé dans son transat face à la Seine, lunettes noires sur le nez, on peut lire ou deviser tranquillement tout l’après-midi, en famille ou entre amis. Et avec, pour se désaltérer, la citronnade, le thé glacé ou la sangria maison. Pour les plus actifs, un Baby-foot est à disposition. En soirée, La Vie est belle vibre et accueille à l’occasion des live et des sets de DJ, tous annoncés via sa page Facebook. A commencer demain par une soirée Radioginette. Ici, pas de temps mort : la terrasse reste ouverte de 11h à 2h, 7 jours sur 7, jusqu’à fin septembre.
 
La Vie est belle, 10, quai François-Mauriac (13e).
 
 
La plus conviviale : le Flow
c_guillaume_leroux_le_flow.jpg
[Crédits : Guillaume Leroux]
 
«Laissez-moi là et revenez me chercher demain !», souffle une touriste à ses amies, lorsqu’elle découvre le confort du transat orangé dans lequel elle s’est enfoncée. Délicat de résister à la tentation de flâner au Flow, plage saisonnière installée à deux pas du Rosa-Bonheur. A l’horizon : le ciel bleu, les platanes de la rive d’en face, les candélabres en bronze du pont Alexandre-III. Plus loin, on devine la verrière du Grand Palais. Sur la Seine, glissent les bateaux croisières.
 
On entend seulement la pop et le RnB que diffusent les enceintes. A côté de l’espace plage, l’autre moitié de la terrasse rassemble des tables pour déjeuner ou dîner. Salades, planches, bagels ou burgers au menu, servis avec des cocktails maison (entre 8 et 10 euros le verre). Le Flow, qui fut cette année la première des terrasses éphémères à prendre ses quartiers d’été (dès la fin mars), est ouvert tous les jours, de midi à minuit, jusqu’à la fin de la saison.
 
Flow, 4, port des Invalides (7e).
 

Vous aimerez aussi

IDF Grand Paris Express : le recours contre la future ligne 18 du métro rejeté
idées sorties Les 5 concerts à ne pas rater en Île-de-France pour la fête de la musique 2018
solidarité Paris : quel est le profil des sans-abri de la capitale ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles