Deux nouvelles études confirment les vertus anticancéreuses de l'aspirine

Ces études confirment les vertus anticancéreuses de l'aspirine, connue pour être un puissant anti-inflammatoire. [CC / Abdel-Hakim Mezine]

Deux nouvelles études publiées cette semaine démontrent que prendre régulièrement de l'aspirine sur de longues périodes tend à réduire fortement le risque de cancer colorectal.

Ces travaux sont parus jeudi 3 mars dans le Journal of the American Medical Association of Oncology, une revue médicale américaine spécialisée dans la recherche sur le cancer. Ils confirment les vertus anticancéreuses de l'aspirine, connue pour être un puissant anti-inflammatoire.

A lire aussi : Des chercheurs découvrent le "talon d'Achille" du cancer

Les études suggèrent en outre que l'usage de l'aspirine pourrait être un complément aux bienfaits préventifs de la coloscopie et d'autres techniques de dépistage, sans toutefois s'y substituer totalement.

"Nous pouvons désormais recommander à un grand nombre de personnes d'envisager de prendre de l'aspirine pour réduire leur risque de cancer colorectal", estime ainsi le Dr Andrew Chan, chef de l'unité d'épidémiologie clinique à l'hôpital général du Massachusetts (Etats-Unis), l'un des principaux auteurs de ces études.

Le médecin reste toutefois prudent et estime qu'"à ce stade, nous ne sommes pas en mesure de faire une recommandation générale de l'usage de l'aspirine pour la prévention de toutes les formes de cancer".

Une étude de plus de trente ans

Les chercheurs ont analysé les données médicales de près de 136.000 participants, hommes et femmes sur une période de 32 ans. Les résultats montrent que ceux qui disent absorber régulièrement de l'aspirine, sur la base d'une dose standard (300 mg) ou faible (80 mg), au moins deux fois par semaine, réduisent de 19% leur risque de cancer colorectal et de 15% celui de toutes les formes de tumeurs gastro-intestinales par rapport à ceux qui n'en prennent pas de manière régulière. Les scientifiques privilégient cependant un usage raisonnable de l'aspirine du fait de ses risques potentiels d'hémorragie.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles