Enzo Zidane bat le PSG avec le Real

Le milieu français de l'équipe des moins de 19 ans du Real Madrid, Enzo Zidane, le fils de la légende Zinedine Zidane, lors d'un match de Youth League contre le Paris SG au stade Charléty à Paris  [Franck Fife / AFP] Le milieu français de l'équipe des moins de 19 ans du Real Madrid, Enzo Zidane, le fils de la légende Zinedine Zidane, lors d'un match de Youth League contre le Paris SG au stade Charléty à Paris [Franck Fife / AFP]

Mardi soir, Zidane jouait au stade Charléty à Paris avec le Real Madrid contre le Paris SG et ils n'étaient que quelques centaines de spectateurs pour voir ça.

La famille Zidane, elle, était en revanche venue en nombre à Charlety. Zinedine était en tribune officielle, bonnet noir sur la tête, pas très loin de son épouse Véronique. Et en bas, sur la pelouse, c'est Enzo, leur fils aîné, qui portait le N.10 et menait le jeu de l'équipe des moins de 19 ans du Real Madrid.

Sur la feuille de match il est Enzo Fernandez (le nom de sa mère) et sur son maillot Enzo tout court.

Mais en France, il est Enzo Zidane, forcément, et sa présence à Paris pour ce quart de finale de la Youth League (Coupe d'Europe des U19) était une occasion de le découvrir alors que toute sa pré-formation et sa formation se sont faites en Espagne.

En début de semaine dernière, le fils de l'ancien N.10 des Bleus et actuel entraîneur adjoint des Merengue avait discrètement renoué avec la France du football en participant à un stage de l'équipe de France U19 à Clairefontaine.

"C'est Enzo qui nous a fait part de son désir de porter le maillot Bleu. Ça part de lui", avait alors expliqué le sélectionneur Francis Smerecki à l'AFP. Mais les petits Bleus n'avaient pas disputé de match et on ne savait donc toujours pas vraiment qu'attendre d'Enzo Zidane, 19 ans dans deux semaines.

Mardi, celui qui a la double nationalité française et espagnole, a joué une heure pile avant de regagner le banc. Devant Laurent Blanc et Claude Makelele, venus observer les jeunes parisiens, il n'a à vrai dire pas montré grand-chose.

Quelques prises de balle et quelques crochets courts ont bien confirmé que dans la famille Zidane, on n'est pas embêté avec un ballon dans les pieds. Mais pour le reste, le jeune Zidane a été très discret, avec un simple tir à côté (19) à son crédit. Réputé un peu juste physiquement, il n'a pas non plus paru le plus acharné de son équipe au pressing.

Et puis il y a le reste, le grand jeu des similitudes et des comparaisons. A l'échauffement, avec ses petits pas de course d'élan et ses épaules un peu voûtées, Enzo a des faux airs de... Gourcuff.

Mais de son père il a au moins hérité une allure dans les courses et surtout ce goût pour l'axe gauche, même si sa complicité avec son latéral Hermoso est encore loin d'égaler celle de son père avec Lizarazu.

Comme prévu, le match de mardi n'a pas permis de se faire une idée définitive du possible avenir de l'aîné des Zidane. Mais il a au moins de bonnes chances de poursuivre sa route en Youth League avec le Real Madrid, vainqueur 1-0 de ce match aller.

À suivre aussi

Le capitaine du Liverpool FC, Steven Gerrard (à gauche), quitte Anfield Road à Liverpool après la cérémonie du souvenir pour le 25e anniversaire de la tragédie de Hillsborough le 15 avril 2014 [Paul Ellis / AFP]
foot Il y a 25 ans, la tragédie d'Hillsborough
L'attaquant français Nicolas Anelka retourne sur le banc après avoir été remplacé par un coéquipier alors qu'il évoluait à West Bromwich Albion, ici contre  Everton, le 20 janvier 2014 au stade des Hawthorns [ / AFP/Archives]
foot Brésil : en attendant "Godot" Anelka
L'attaquant de la Juventus Sebastian Giovinco communie avec les fans après avoir marqué un but contre l'Udinese, le 14 avril 2014 au stade Friuli à Udine [ / AFP]
foot La Juventus sans pitié contre Udinese 3-1

Ailleurs sur le web

Derniers articles