NBA Playoffs : Cinq observations sur le Game 5 entre les Rockets et les Warriors

[RONALD MARTINEZ / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

Encore une fois, les Rockets se sont imposés face aux Warriors dans un Game 5 étouffant (98-94) à domicile. Mais les Texans pourraient être privés de Chris Paul pour le reste de la série.

Le meneur de Houston va devoir passer plusieurs tests médicaux avant d’être fixé sur la suite de sa saison. En attendant, les fans des Rockets savourent cette victoire, la deuxième consécutive, sur les champions en titre. Ces derniers n’avaient plus perdu deux rencontres à la suite depuis 2016 face au Thunder d’OKC. Et cela ne leur était encore jamais arrivé depuis la signature de Kevin Durant en juillet 2016.

Sans plus attendre, voici nos cinq observations après ce Game 5 renversant :

Les Warriors incapables de faire la différence… encore

Deux matches serrés, deux défaites pour Golden State. Quand une équipe se présente avec deux des meilleurs joueurs offensifs de l’histoire de la NBA – Stephen Curry et Kevin Durant – il y a de quoi être confiant quand la rencontre se joue sur les dernières possessions. Mais l’excellente défense de Houston, et la fâcheuse tendance des Warriors à accumuler les pertes de balle dans les moments cruciaux, n’a pas permis aux Californiens de trouver la parade lors de ces deux matches ultra-tendus.

Malgré la contre-performance de James Harden (5/21 aux tirs, 0/11 à trois points) en attaque, les champions en titre ont encore une fois laissé passer une opportunité de s’imposer dans un match couperet. Harden en est actuellement à 20 paniers à trois points ratés. Mais cela n'empêche pas Houston de gagner.

Dans notre article d’avant-série, nous avions souligner l’importance de Clint Capela et/ou d’Eric Gordon dans cette série pour Houston. Ce dernier s'est encore illustré hier soir, avec 24 unités au compteur et des bombes balancées depuis la ligne des trois points.

Clint Capela termine avec un double-double, et une solide défense sur l’ensemble de la rencontre.

Houston est à une victoire des NBA Finals grâce à eux (et Chris Paul… dont on va parler ci-dessous).

Kevin Durant force son jeu

Kevin Durant ferait bien d’enfiler un maillot du Thunder. Combien de fois l’ailier s’est-il retrouvé dans cette situation, en isolation, avec une prise à deux qui vient sur lui à chaque fois, pour malgré tout forcer un tir ?

via GIPHY

FAIT UNE PASSE !!! (il termine la rencontre avec 0 passe décisive, comme au Game 2) Quelqu’un peut-il lui rappeler qu’il joue avec les Warriors et non plus avec Russell Westbrook ? Après la défaite, Kevin Durant a reconnu ses erreurs. «Je sens qu’ils font venir un autre joueur, donc je dois juste prendre la bonne décision. Je dois varier un peu plus», a-t-il expliqué. Faute avouée à moitié pardonnée ? Kevin Durant doit définitivement enlever les œillères et analyser plus rapidement la défense des Rockets. Et arrêter de forcer encore, et encore.

Houston impose son style sur la série

Les Warriors ne parviennent pas à jouer leur jeu face aux Rockets. Selon le journaliste Tom Haberstroh, Golden State pratique le jeu en isolation plus que jamais cette saison, et dans ces playoffs.

Le jeu de passe des Warriors s’est lui aussi évaporé. Selon le site Second Spectrum, les Warriors réalisent 58 passes de moins en moyenne dans cette série. Dans la saison régulière et les deux premiers tours des playoffs, Golden State affichait 334,3 passes par match, 11,1 isolations, et 51,4 opportunités de passes décisives. Dans ces finales de conférence ? 276,2 passes/match, 27,2 isolations, et 37,4 opportunités de passes décisives. Résultat des courses, l’efficacité offensive des Warriors est en berne.

Une véritable prouesse défensive de la part des Rockets face aux Warriors. Et franchement, un travail exemplaire de Mike D’Antoni depuis le banc (il ne joue qu’avec sept joueurs depuis deux matches) pour forcer une équipe réputée imbattable à sortir de sa zone de confort.

Chris Paul diminué par une blessure

Chris Paul a été magnifique dans ce Game 5. Il n’y a pas d’autre mot. Après une entame difficile (2 points, 0/7 aux tirs en première mi-temps), le meneur a littéralement pris feu et n’a jamais cessé de mettre la pression sur la défense des Warriors. Il termine la rencontre avec une ligne de stats exemplaire : 20 points, 7 rebonds, 6 passes (et 0 balle perdue).

Mais sa blessure à la jambe droite en fin de match pourrait fortement contrarier la suite de sa série. Pour info, il avait réussi à dominer sa douleur après une blessure similaire en 2015, en menant les Clippers à la victoire face aux Spurs dans une série épique remportée lors d’un Game 7 d’anthologie. Allez, fans des Rockets, ne perdez pas espoir. Surtout que James Harden, sans Chris Paul sur le terrain, affiche un différentiel de points positif dans cette finale de conférence.

Steve Kerr reste confiant

On pouvait s’attendre à voir Steve Kerr un brin agacé après deuxième défaite in extremis face aux Rockets permettant aux Texans de mener la série 3-2. Bah non. Le coach de Golden State était presque jovial dans son interview d’après-match. «Nous nous trouvons dans la pire situation depuis que Kevin Durant nous a rejoint, et nous sommes à deux victoires des NBA Finals. Donc c’est une bonne 'mauvaise situation' pour nous», a-t-il souligné. «Nous sommes proche de notre but. Nous avons trouvé des choses qui ont bien fonctionné pour nous ce soir. Je suis extrêmement confiant que nous allons atteindre notre objectif, nous devons seulement être un peu plus discipliné», a-t-il poursuivi. OK Steve.

Game 6, samedi.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles