L'équipe nationale de rugby du Zimbabwe dort dans les rues de Tunis

Finalement arrivés à Tunis, les joueurs zimbabwéens ont pris la décision de dormir dans les rues de Tunis, après avoir découvert le logement qui avait été prévu pour leur séjour[Capture d'écran Twitter]

Des images montrant les joueurs de l’équipe nationale de rugby du Zimbabwe, contraints de dormir dans les rues, à Tunis, ont circulé sur les réseaux sociaux, créant un début de polémique.

L’équipe nationale du Zimbabwe se déplaçait en Tunisie dans le cadre d’un match de qualification à la Coupe du monde 2019.

Selon les informations des médias locaux, cités par la BBC, «à leur arrivée, ils ont passé six heures à la frontière où les autorités ont pris leurs passeports sous prétexte qu'ils devaient payer des visas d'un montant de 600 euros qu'ils ne peuvent pas payer car ils n'ont pas de fonds. La plupart des membres de l'équipe n'avaient dormi que deux heures la nuit dernière».

Finalement arrivés à Tunis, les joueurs zimbabwéens ont alors pris la décision de dormir dehors, dans les rues de Tunis, après avoir découvert le logement qui avait été prévu pour leur séjour. David Coltart, ancien ministre zimbabwéen des Sports s’est exprimé à ce sujet sur Facebook, expliquant que l’équipe avait été traitée «de façon épouvantable en Tunisie». «Ils ont été obligés de dormir dans la rue car le logement qu’on leur a réservé est dégoûtant», a-t-il ajouté.

Une situation dont s’est également émue Trudy Stevensona, ambassadrice du Zimbabwe au Sénégal et en Gambie, qui a lancé un appel à l’aide sur Twitter.

L’un des joueurs de l’équipe, Takudzwa Mandiwanza, s’est pour sa part exprimé à la radio Capitalk FM, estimant que toute la compétition était une «pagaille».

Face à la polémique, Rugby Afrique s’est exprimé, précisant que la situation avait été «immédiatement traitée», et que qu’une solution avait été trouvée mardi 3 juillet. «Rugby Africa et la Fédération tunisienne de Rugby souhaitent exprimer leurs sincères excuses à l’équipe et à la direction des Sables pour cette situation regrettable. Cela ne reflète pas les standards de la compétition et nous regrettons sincèrement tout préjudice causé» déclare ainsi l’organisation par voie de communiqué.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles