France-Uruguay : le grand moment, par Pierre Ménès

Antoine Griezmann sera très attendu dans un style qui lui convient. Antoine Griezmann sera très attendu dans un style qui lui convient.[Anthony Dibon/Icon Sport]

Il ne faut pas s’y tromper : ce quart de finale entre la France et l’Uruguay est le match le plus important des Bleus dans ce Mondial. Une qualification serait synonyme d’une Coupe du monde réussie, avec une place de demi-finaliste minimum (je dis bien minimum).

Une élimination serait en revan­che une stagnation vis-à-vis du tournoi brésilien en 2014, et le bilan serait médiocre, avec une seule rencontre aboutie contre l’Argentine en huitième de finale. Mais on n’en est heureusement pas là. L’équipe de France attaque ce quart de finale avec de nouvelles certitudes et une nouvelle confiance, issue de cette vraie prise de confiance offensive une fois que l’équipe a été menée par l’Albiceleste (1-2). A-t-elle retenu la leçon ? A-t-elle, et Didier Deschamps par la même occasion, enfin compris que le salut de cette équipe de France passait par une vraie prise de risque sur le plan offensif ? Bref, ce qu’on voit beaucoup trop peu dans cette Coupe du monde.

Justement, la prise de risque et l’attaque romantique, ce n’est pas précisément le point fort de l’Uruguay. On le sait, la nation entraînée par Oscar Tabarez depuis douze ans s’appuie toujours sur les mêmes vertus. Une défense de fer, des milieux qui pressent l’adversaire et deux attaquants de classe mondiale qui se débrouillent très bien tout seuls. Le souci, c’est qu’Edinson Cavani, touché au mollet, ne sera certainement pas là contre les Bleus, et c’est un immense coup dur pour l’Uruguay. Pas pour le style de jeu global de l’équipe, qui ne changera pas d’un millimètre. Mais, il est évident que la Celeste sera obligatoirement moins dangereuse devant.

Reste maintenant à connaître les choix de Tabarez. Va-t-il remplacer Cavani poste pour poste par Christian Stuani, qui ne joue quasiment jamais, mais qui est plutôt doué de la tête, ou changer d’option et renforcer un peu plus son milieu pour bloquer encore un peu plus les Bleus et verrouiller le match ? Si on a une certitude, c’est que ce sera à la France de faire le jeu. Ce sera sans Blaise Matuidi, le cas à part des Tricolores. Lorsqu’il est disponible, beaucoup trouvent à redire sur son niveau technique et remettent en cause sa place de titulaire. Et, bizarrement, quand il est suspendu, tout le monde est perdu. Il est évident que son agressivité et son sens du pressing vont manquer dans un match, surtout contre l’Uruguay.

Les Tricolores jouent leur Mondial

En toute logique, il devrait être remplacé par Corentin Tolisso, Didier Deschamps n’étant pas un adepte des changements tactiques, surtout après la bonne prestation contre l’Argentine. Maintenant, Deschamps va-t-il aligner Tolisso à gauche et laisser Pogba à droite ou replacer, ce qui semble plus logique, les deux milieux dans leur meilleure zone ? Mais, la tâche la plus compliquée qui attend les Bleus, c’est de marquer contre cette défense si hermétique et qui n’a encaissé qu’un but du Portugais Pepe, sur coup de pied arrêté, depuis le début de la compétition.

On attendra beaucoup d’Antoine Griezmann, bien décevant dans ce Mondial, dans un style qui lui convient. Puissent les stupides provocations de Luis Suarez lui donner une motivation supplémentaire. On suivra évidemment la prestation de Kylian Mbappé, qui devra confirmer, dans un contexte beaucoup plus compliqué, sa sublime prestation face aux Argentins. Enfin, on suivra avec attention le combat d’Olivier Giroud entre José Maria Giménez et Diego Godin. On lui souhaite bien du plaisir.

Et puis, selon le déroulement des opérations, on espère que Nabil Fekir et Ousmane Dembélé apporteront ce grain de fantaisie qui pourrait déstabiliser la Celeste. En tout état de cause, les Tricolores jouent leur Mondial dans ce quart de finale. A eux d’être à la hauteur de ce grand événement. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles