«L’Afrique championne du monde» : la réponse parfaite de Benjamin Mendy

Benjamin Mendy a fait le buzz sur les réseaux sociaux. [FRANCK FIFE / AFP].

Le défenseur des Bleus, Benjamin Mendy, a tenu à répondre via Twitter à un message mettant en avant les origines étrangères des joueurs de l'Equipe de France. Un post salué et rapidement devenu viral.

Tout est parti d'un tweet, publié le mardi 17 juillet depuis le compte du site Sporf qui, sous prétexte de vanter la diversité des Bleus, listait plusieurs noms de joueurs suivi du drapeau de leur pays d’origine.

Si l'improbable énumération se conclut par la phrase «All together As One For France» («Tous ensemble comme un seul homme pour la France», ndlr), et est suivie de l'émoticône «mains en l'air», en signe de respect, elle vient s'ajouter néanmoins aux milliers de messages, qui, ces derniers jours, ne cessent de rappeler que 14 des 23 champions du monde de football sont d'origine africaine.

C'est pourquoi, en réponse à Sporf, Benjamin Mendy, très actif sur les réseaux sociaux, a tenu à reprendre la même liste, pour y accoler un seul et même drapeau après chaque patronyme, celui de la France.

Un brin espiègle, le défenseur évoluant à Manchester City, qui, sur Twitter, a pris le soin d'associer son nom aux fameuses deux étoiles symbole que la France est, à présent, double championne du monde de football, a, lui, conclu sa missive par un petit émoticône clin d’œil, suivi du mot anglais «fixed», pour «réparé», 

Le 18 juillet, son Tweet avait recueilli près de 70.000 retweets et plus de 140.000 likes. Une mise au point que le site Sporf a d'ailleurs lui aussi retweeté.

Alors que depuis la victoire des Français à la Coupe du monde de football, dimanche 15 juillet, la diversité des Bleus n'a jamais été mise autant en avant, surtout sur les réseaux sociaux, d'autres sportifs français ont également tenu à se faire entendre.

Le basketteur Nicolas Batum, joueur-star des Hornets de Charlotte (Caroline du Nord), s'est ainsi fendu d'un message agacé sur Twitter, mardi 17 juillet. «Oui j'ai un père et un nom camerounais, mais nous tous on se bat et on joue pour la France car nous sommes nés ici, avons grandi ici, avons appris notre sport en France, avons la fierté d'avoir la nationalité française».

Un cri du coeur qui se termine par une véritable déclaration d'amour à la patrie : «Vive la République et vive la France !».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles