Le PSG se serait arrangé avec l'UEFA pour contourner le fair-play financier

Le club du Paris Saint-Germain aurait été couvert par l'UEFA pour contourner les règles du fair-play financier, selon une enquête réalisée par quatre-vingts journalistes européens.

Plus de 70 millions de documents ont été analysés pour réaliser cette enquête globale. Il en ressort, qu'en «connaissance de cause», l'UEFA aurait aidé «les clubs du PSG et de Manchester City à maquiller leur propres irrégularités, pour des raisons politiques», selon le collectif EIC dont fait partie Mediapart

Le fair-play financier oblige théoriquement les clubs engagés en compétition européenne à ne pas dépenser plus que ce qu'ils gagnent en propre. Une équipe peut être exclue des compétitions en cas de non-respect de cette règle. 

Le consortium explique que les deux dirigeants de l'UEFA jusqu'en 2016, Michel Platini et Gianni Infantino, désormais président de la FIFA et ancien secrétaire général de l'entité, ont bien voulu s'arranger en coulisses avec les dirigeants du PSG. Nasser Al-Khelaïfi, le président, et son bras droit, Jean-Claude Blanc auraient obtenu des compromis confidentiels, notamment sur la question de la valeur des contrats de sponsoring du club.

L'enquête fait état d'un contrat «douteux», de «1,075 milliard d'euros promis sur cinq ans au PSG par l'Office du tourisme du Qatar, soit 215 millions d'euros par an». Les «deux cabinets d'audit missionnés par l'UEFA ont valorisé ce contrat à 123.000 euros par an pour l'un, et 2,8 millions d'euros pour l'autre», soit «entre 77 et 150 fois moins que le montant affiché. 

«Pas un contrat de sponsoring classique»

Après la divulgation de cette affaire, le club a réagi à ces attaques, par la voix de Jean-Claude Blanc, le directeur général délégué du club, sur RMC Sport. «Ce contrat, et les discussions sur sa valeur, existent depuis plusieurs années. On a déjà répondu sur le fait que ce n'est pas un contrat de sponsoring classique mais un contrat de nation branding qui vise à promouvoir l'image d'un pays dans le monde grâce au football».

Il a également déploré le fait que, selon lui, l'UEFA bloque l'investissement des clubs qui en ont les moyens. «Je crois que les règles du fair-play financier ont été petit à petit détournées pour empêcher des nouveaux entrants de venir perturber un cartel bien organisé de clubs». 

Selon Mediapart, le Qatar, propriétaire du club parisien, aurait injecté «1,8 milliard» d'euros dans le club depuis sept ans.

Le PSG a également publié un communiqué de presse sur son site officiel, dans lequel il «dément fermement les allégations publiées par Médiapart». 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles