Quentin Fillon-Maillet rit, Martin Fourcade pleure

Quentin Fillon-Maillet a terminé à la deuxième place derrière Johannes Boe. Quentin Fillon-Maillet a terminé à la deuxième place derrière Johannes Boe.[Icon Sport]

Troisième podium en autant de courses pour les Bleus. Après la victoire de Martin Fourcade sur l’Individuel, la 2e place d’Antonin Guigonnat sur le sprint, Quentin Fillon-Maillet est monté, ce dimanche, sur la deuxième marche du podium de la poursuite de Pokljuka (Slovénie), alors que Martin Fourcade a abandonné.

La victoire s’est jouée pour quelques petits centimètres. Mais, dans un sprint indécis jusque sur la ligne d’arrivée, le Français a dû s’incliner devant Johannes Boe au terme d'une magnifique remontée. Parti en 11e position à 46 secondes du Norvégien, Fillon-Maillet a réalisé un sans-faute sur le pas de tir pour revenir sur les talons de Boe, auteur de trois fautes derrière la carabine qui ont failli lui être fatal. S’il a manqué d’un rien son premier succès en Coupe du monde, il n’en était pas moins satisfait d’avoir pu se mêler à la lutte pour la victoire.

«Je suis vraiment heureux de cette performance, a-t-il confié sur la Chaîne L’Equipe. On a une grosse dynamique au sein de l’équipe et ça fait plusieurs années que ça dure. On se tire les uns les autres vers le haut.» Dans son sillage, Antonin Guigonnat a terminé à la 10e position, tandis que Simon Desthieux et Emilien Jacquelin ont pris respectivement la 15e et 16e place. De son côté, Martin Fourcade a été beaucoup moins à la fête. C’est de loin qu’il a assisté à la performance de ses coéquipiers. Moins de 48 heures après sa 24e place sur le sprint, le leader des Bleus a connu une nouvelle journée galère et n’a même pas franchi la ligne d’arrivée.

Auteur de quatre fautes au tir et relégué loin derrière, il a préféré se retirer à la fin de son dernier passage au tir. Cette nouvelle contre-performance du quintuple champion olympique, qui avait pourtant idéalement lancé sa saison avec ses victoires dans le relais mixte et l’Individuel, accentue les inquiétudes. «Les sensations ne sont pas encore bonnes. Il va falloir tirer les enseignements, a confié à l’arrivée Vincent Vittoz, entraîneur équipe de France hommes. On ne comprend pas ce qu’il passe. Il relativise un peu. Mais cela l’inquiète un peu forcément.» Il a une petite semaine pour trouver les réponses à ses questions et se remettre d’aplomb avant la 2e étape de la Coupe du monde prévue, à partir de jeudi, à Hochfilzen (Autriche).

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles