Le Vatican crée une équipe d'athlétisme et rêve des Jeux olympiques

Le pape François conduisant la messe de l'Epiphanie le 6 janvier dernier au Vatican. Le pape François conduisant la messe de l'Epiphanie le 6 janvier dernier au Vatican. [VINCENZO PINTO / AFP]

Le Vatican a lancé officiellement, ce jeudi 10 janvier, sa fédération d'athlétisme, après avoir trouvé accord avec le Comité olympique italien (Coni). A terme, l'équipe, composée de 60 athlètes, espère pouvoir participer aux Jeux olympiques.

Religieuses, prêtres, gardes suisses, pharmaciens, ouvriers... L'escouade du Saint-Siège ne ressemble à aucune autre équipe d'athlétisme dans le monde. Le plus jeune membre est un garde suisse, un des soldats du pape, âgé de 19 ans, alors que le plus vieux, un professeur de bibliothèque, a 62 ans. Deux jeunes demandeurs d'asile de 19 et 20 ans, un Gambien et un Sénégalais, ont également été enregistrés comme membres honoraires.

Le nouveau président de la fédération d'athlétisme du micro-Etat (environ 1 000 habitants), Mgr Melchor Sanchez de Toca y Alameda, chef du département sportif au ministère de la Culture, a de l'ambition pour ses poulains. «Le rêve que nous avons souvent est de voir le drapeau du Saint-Siège parmi ceux qui défilent lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques», a-t-il annoncé.

Une course à pied le 20 janvier à Rome comme première compétition

Dans un premier temps, le Vatican vise des compétitions de moindre importance, comme les Jeux des petits Etats d'Europe, ouverts aux pays de moins de 1 million d’habitants, et les Jeux méditerranéens. Pour cela, la prochaine étape pour le Saint-Siège est d'être reconnu par l'Association internationale des fédérations d'athlétisme (IAAF).

La première compétition à laquelle participeront les athlètes vaticans sera la Corsa di Miguel, à Rome, le 20 janvier. Cette course à pied de 10 kilomètres se tient tous les ans en l'honneur de Miguel Sanchez, un coureur de fond argentin «disparu» à l'époque de la dictature militaire dans son pays (1976-1983), comme des milliers d'autres personnes. Le choix de la Corsa di Miguel n'a pas été fait au hasard. Le pape François, de nationalité argentine, était un jeune supérieur jésuite dans le pays au moment de la répression des années 70-80.

Le Vatican sur les traces du Kosovo ?

Ce n'est pas la première équipe sportive créée par le Vatican. L'Etat pontifical est déjà présent dans le cricket et le football, un sport dont le pape est fan (il est supporter de San Lorenzo en Argentine).

Le président du Comité olympique italien, Giovanni Malago, a salué la naissance de cette l'équipe d'athlétisme du Saint-Siège, même s’il est conscient que cela pourrait priver un jour l'Italie de médailles. «Ne devenez pas trop gros», a-t-il déclaré aux responsables de la nouvelle fédération vaticane, tout en rappelant comment une sportive d'un autre petit pays, la judokate Majlinda Kelmendi, avait décroché la première médaille du Kosovo aux JO en l’emportant à Rio (Brésil) en 2016 dans la catégorie des moins de 52 kg.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles