Paul Guichard, le «petit prince» bientôt roi ?

Paul Guichard vient d'intégrer la Team Pro PMU. Paul Guichard vient d'intégrer la Team Pro PMU.[Sophie Pons/PMU]

L’aventure d’une vie. Pendant près d’un an, Paul Guichard va étrenner les couleurs de la Team Pro PMU poker aux côtés d’Erwann Pécheux, Sarah Herzali et Joffrey Lhote. A 26 ans, le Niçois a décroché le contrat de 50 000 euros promis au vainqueur de l’opération Pro Dream et qu’il tentera de faire fructifier sur les plus prestigieux tournois du circuit.

Un rêve devenu réalité après un mois de compétition très intense, où tout n’a pas été toujours simple. Son parcours a été semé d’embûches et a bien failli s’achever plus tôt qu’espéré. «Je suis passé entre les balles à plusieurs reprises. Je me suis qualifié pour la finale lors du dernier tournoi du dernier jour. Cela s’est joué à pas grand-chose. J’ai eu un coup de pouce du destin», confie l’heureux gagnant, rencontré ce week-end au France Poker Open by PMU, organisé au casino Lyon Vert.

Mais s’il est parvenu in extremis à se glisser parmi les six finalistes, il lui restait à convaincre les membres du jury de la Team de lui laisser sa chance au cours d’un entretien durant lequel il a su se montrer le plus persuasif. Non sans une pointe d’humour. «Je leur ai dit que j’étais beau gosse, plaisante le grand brun. Plus sérieusement, j’avais notamment réalisé un PowerPoint retraçant ma vie passée et ma carrière de joueur.» Le verdict est finalement tombé le lendemain à l’issue de longues heures d’attente et une nuit blanche. A sa plus grande joie. «Être sponsorisé, c’est une consécration pour moi, se réjouit-il. Depuis mon jeune âge, mon rêve était d’intégrer un sponsor. Je suis super fier et prêt à défendre les couleurs de PMU.»

Mais aussi reprendre le fil d’une carrière qui semblait lui avoir échappé après avoir connu des débuts tonitruants. Alors qu’il se rêvait en joueur de tennis professionnel, Paul Guichard prend conscience qu’il ne pourra pas sévir dans le monde de la petite balle jaune, en dépit un très bon niveau (classé 2/6), et décide de se tourner le poker, guidé par son professeur de tennis. Et il ne tarde pas à faire parler de lui. A 18 ans, et seulement quelque mois d’expérience dans le milieu, il signe une remarquable 2e place à l’EPT de Deauville en 2012 avec à la clé un gain de plus de 550 000 euros. Une performance qui lui a valu d’être surnommé le «petit prince» du poker.

Mais la suite n’a pas du tout ressemblé à un conte de fée. Rentré sur la Côte d’Azur près de ses proches, il a commencé à arpenter le milieu de la nuit, avec les folies qui en découlent, reléguant le poker au deuxième, voire troisième plan jusqu’à le délaisser. «Je jouais de moins en moins. Je sortais beaucoup pour faire la fête», confesse-t-il sans détour. Sa vie sentimentale a également été un frein important. «J’ai rencontré une fille qui n’aimait pas du tout ce que je faisais. J’étais moins présent sur le circuit et je ne jouais quasiment plus sur internet.» Mais le poker est toujours resté dans un coin de sa tête.

Et en 2015, il s’est vu proposer de participer à l’émission «La maison du bluff», qui lui a remis le pied à l’étrier même s’il n’est pas parvenu à aller au bout. «A partir de ce moment-là, je me suis rendu compte que c’était vraiment ce que j’avais envie de faire», indique le détenteur d’un Bac S décidé à s'investir totalement.

Et c’est plus déterminé que jamais et sans la moindre pression qu’il est de retour sur le devant de la scène, malgré des débuts difficiles à l’EPT de Monte-Carlo. «Tous les tournois du contrat, je les ai déjà faits. Plusieurs fois pour certains. J’ai déjà l’expérience. Je n’ai aucune appréhension particulière», assure-t-il. Mais beaucoup d’ambitions. «Intégrer une Team Pro a été ma première consécration. Ma deuxième consécration serait de remporter un gros titre avec PMU, affirme Paul Guichard. J’aimerais bien faire quelque chose au WSOP à Las Vegas. C’est vraiment mon objectif. Egalement gagner un tournoi France Poker Open de mon sponsor et d'autres encore.» Pour passer de petit prince à roi du poker ?

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles