Mickaël Landreau n'est plus l'entraîneur de Lorient

Une fin en queue de poisson qui rappelle celle de la saison précédente.[LOIC VENANCE / AFP]

Il n'y aura pas de troisième essai pour Mickaël Landreau dont le contrat comme entraîneur de Lorient a été résilié «à l'amiable», samedi, après deux échecs pour tenter de ramener les Merlus en Ligue 1, quittée en 2017.

«Mickaël Landreau ne sera plus l'entraîneur du FC Lorient la saison prochaine suite à une résiliation à l'amiable de son contrat», a indiqué le club dans un communiqué.

Une décision qui est tout sauf une surprise, malgré les trois années, plus une en option en cas de montée, qui figuraient au contrat signé en 2017 par l'ancien gardien de but international.

«Je suis le responsable sportif, donc ma responsabilité est engagée. C’est logique que je sois en première ligne. Sinon, il ne faut pas faire ce métier. Ça fait partie du poste d’entraîneur, du haut niveau», avait déclaré Landreau vendredi après une dernière victoire pour l'honneur au Havre (3-2), vendredi soir.

Malgré ce succès, les Merlus, avec 63 points, ont été devancés à la différence de but par Lens (+21 contre +10) qui a pris la 5e place, la dernière permettant d'avoir encore une chance d'accéder à l'élite.

Une fin en queue de poisson qui rappelle celle de la saison précédente où les Merlus, qui avaient encore une chance d'accrocher la 5e place à la dernière journée, avaient finalement terminé 7e après une défaite humiliante (3-0) chez Quevilly, déjà relégué en National.

Car plus que l'incapacité à se hisser dans le top 5 d'une Ligue 2 très homogène, c'est l'absence de progrès d'une saison sur l'autre qui a sans doute fait s’interroger la direction du club: une troisième saison, pour quoi faire ?

Un successeur «dans les semaines à venir»

Malgré un effectif très intéressant et une qualité de jeu indéniable par séquence, le Lorient de Landreau n'aura jamais réussi à trouver la régularité qui lui aurait permis d'être vraiment maître de son sort.

Et c'est surtout psychologiquement que le groupe a semblé pêcher dans les moments décisifs avec deux sprints finaux fort mal négociés.

Cette saison, Lorient n'aura pris que 14 points sur les 12 derniers matches, 14e bilan de L2 seulement sur cette période, et surtout 4 de moins que Lens ou 8 de moins que le Paris FC qui a fini 4e avec 2 longueurs d'avance.

Le coup est rude pour Landreau qui, avec son record de 618 matches de Ligue 1 disputés en tant que joueur et son identité nantaise si prometteuse en termes de jeu, semblait un pari pas si insensé que cela pour Lorient encore orphelin de l'emblématique Christian Gourcuff, parti fâché trois ans plus tôt.

Mais ce n'était pas forcément rendre service à un entraîneur encore novice que de le bombarder à la tête d'une équipe à la patience très limitée pour s'extirper d'une Ligue 2 qui est un véritable panier de crabes où 6 à 8 équipes peuvent prétendre à jouer la montée.

Le président Loïc Féry aussi accusera certainement le coup. Il va devoir trouver un remplaçant, peut-être plus habitué à ces joutes particulières de la Ligue 2.

Le nom de Jean-Marc Furlan, expert ès-montées en Ligue 2 avec 3 accessions à la Ligue 1 avec Troyes et qui a fait monter Brest cette saison, revenait avec insistance ces dernières semaines. Mais le Bordelais de naissance poursuivra finalement dans son jardin de la Ligue 2 avec Auxerre.

«Le FC Lorient communiquera le nom du prochain entraîneur dans les semaines à venir», a simplement indiqué le club. Une décision lourde de sens pour une formation qui ne peut plus attendre.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles