Insultes, Homophobie, Racisme… : les banderoles les plus polémiques

Une des banderoles déployées à Nice a poussé l'arbitre à interrompre la rencontre. Une des banderoles déployées à Nice a poussé l'arbitre à interrompre la rencontre.[Pascal Della Zuana/Icon Sport]

Le début de saison du championnat de France de football est marqué par les nombreuses interruptions de matchs pour des chants ainsi que des banderoles homophobes. Par le passé, plusieurs banderoles avaient déjà suscité la polémique et la controverse.

«Les Gones inventaient le cinéma… Quand vos pères crevaient dans les mines»

Les derbys entre Lyon et Saint-Etienne souvent sujets à polémique. Comme lorsque les supporters lyonnais avaient déployé à Geoffroy Guichard une banderole au goût plus que douteux sur l’histoire des deux villes. «Les Gones inventaient le cinéma… Quand vos pères crevaient dans les mines» Une référence aux Frères Lumières et au passé minier de Saint-Etienne. Les fans stéphanois n’avaient pas manqué de se venger avec un message cinglant et tout aussi controversé : «la chasse est ouverte… Tuez-les !» avaient-ils écrit avec des animaux sur lesquels étaient inscrits le nom de certains joueurs lyonnais.

«Pédophiles, chômeurs, consanguins: bienvenue chez les Ch’tis»

Elle est peut-être la plus connue. En pleine finale de la Coupe de la Ligue en 2008, les supporters du PSG, qui affronte Lens, ont déployé une banderole qui a fait polémique dans tout le pays. «Pédophiles, chômeurs, consanguins: bienvenue chez les Ch’tis». Elle faisait référence au film de Dany Boon, mais aussi à l’affaire d’Outreau.

«Pape Diouf, tes initiales te vont si bien !»

Les supporters lyonnais s’étaient également distingués contre Marseille, présidé à l’époque par Pape Diouf. Ils avaient déployé une banderole homophobe à l’encontre du président marseillais. «Pape Diouf, tes initiales te vont si bien !» Ce dernier avait porté plainte pour «injures publiques».

«Qatar+PSG = DAESH»…

Bastia n’a pas été épargné par les banderoles très controversées. A commencer par celle visant le PSG et ses dirigeants qataris. «Qatar+PSG = DAESH» avait ainsi déployé dans les tribunes de Furiani, qui faisait écho à une première : «Le Qatar finance le PSG… et le terrorisme».

Les supporters corses n’en est pas à son coup d’essai. En 2008, alors que Bastia évoluait en Ligue 2, ils s’en étaient pris à l’attaquant de Libourne Saint-Seurin Boubacar Kébé, qui avait été expulsé au match aller pour un doigt d’honneur adressé aux fans visiteurs en réponse à des insultes racistes : «Kébé on n’est pas raciste… La preuve on t’encule !». Le club insulaire avait été sanctionné d’un match à huis clos et d’un retrait de deux points.

«Bienvenue au groupe Ineos : à Nice aussi on aime la pédale»

Les supporters niçois ont fêté à leur manière l’arrivée du nouveau propriétaire. Alors que le club azuréen affrontait l’OM, ils ont déployé une première banderole sur laquelle il était écrit : «Bienvenue au groupe Ineos : à Nice aussi on aime la pédale», le groupe Ineos étant également propriétaire d’une équipe cycliste. Quelques minutes plus tard, une seconde est apparue dans les tribunes, poussant l’arbitre de la rencontre à interrompre la rencontre. «LFP/instance : des parcages plein pour des stades plus gay».

«Arbitre enculée, est-ce homophobe pour une femme ?»

Les fans d’Angers ont également suscité la polémique lors d’un match de leur équipe contre Metz en Ligue 1. Alors que l’arbitre de la rencontre n’était autre que Stéphanie Frappart, ils ont déployé une banderole insultante. «Arbitre enculée, est-ce homophobe pour une femme ?» Un message qui n’est pas passé inaperçu dans un contexte de lutte contre l’homophobie dans les stades.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles