Les Jamaïcaines refusent de jouer tant qu’elles ne sont pas payées

L'équipe de Jamaïque a participé à la Coupe du monde en France. L'équipe de Jamaïque a participé à la Coupe du monde en France.[SnsPix / Icon Sport]

«No pay, no play». Ce message a été lancé par les joueuses de l’équipe de Jamaïque féminine de football, qui refusent de jouer tant qu’elles n’auront pas reçu leur prime après leur participation à la Coupe du monde en France en juin dernier.

La sélection des Reggae Girlz était devenue la première nation caribéenne à participer à un Mondial. Mais deux mois après la fin de la compétition, où elles avaient concédé trois lourdes défaites contre le Brésil (0-3), l’Italie (0-5) et l’Australie (1-4), elles attendent toujours d’être rétribuées. La Fédération jamaïcaine de football s’était pourtant engagée à verser 120 000 dollars aux 23 joueuses.

Une situation qui a poussé plusieurs d’entre elles à s’exprimer sur les réseaux sociaux dans le but de faire bouger les lignes et obtenir leur droit. A commencer par Khadija Shaw qui évolue à Bordeaux. «Nous avons fait beaucoup de sacrifices pour porter les couleurs de la Jamaïque. Nous respectons ces couleurs et les avons portées avec fierté. Et nous sommes aujourd’hui dans une situation où on doit littéralement se battre juste pour être payées», a-t-elle posté sur son compte Instagram. 

Mais elles et ses coéquipières n’en font pas qu’une histoire d’argent. Avec cette action, elles espèrent faire évoluer les mentalités et le regard sur le football féminin. «Ce n’est pas qu’une question d’argent, mais aussi de changement, notamment vis-à-vis de la manière dont le football féminin est considéré, en particulier en Jamaïque. On mérite mieux, et ils peuvent faire mieux», a-t-elle ajouté.

En attendant que leur situation soit réglée, les Jamaïcaines ont pris la décision radicale de ne plus jouer avec leur sélection nationale. «Avec mes coéquipières, nous avons décidé de ne plus participer aux prochaines compétitions tant que nous ne serons pas payées», a conclu Shaw. La balle est désormais dans le camp de la Fédération.

 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

time is up #nopaynoplay

Une publication partagée par lauren silver (@losilver_) le

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles