Ligue des champions : un PSG quand même d'attaque face au Real Madrid ?

Angel Di Maria devrait être aligné en attaque avec Mauro Icardi et Pablo Sarabia. Angel Di Maria devrait être aligné en attaque avec Mauro Icardi et Pablo Sarabia.[Anthony Dibon/Icon Sport]

Tamim Bin Hamad Al-Thani n’a sûrement pas choisi ce match par hasard. Pour son premier déplacement au Parc des Princes de la saison, l’émir du Qatar, qui n’était plus apparu depuis l’élimination en 8e de finale retour contre Manchester United (1-3), fera le voyage pour assister, ce mercredi, aux débuts du PSG dans la nouvelle campagne de Ligue des champions contre le Real Madrid.

Un premier choc d’envergure et déjà presque déterminant pour le champion de France dans une compétition où Thiago Silva et ses coéquipiers ont enchainé les désillusions, avec trois éliminations consécutives en 8e de finale au point de devenir la risée de l’Europe.

Mais si, avec ces échecs répétés, il clame moins haut et fort sa volonté de monter sur le toit de l’Europe, le 30 mai prochain, à Istanbul (Turquie), le club de la capitale reste ambitieux. «Les ambitions ne sont pas revues à la baisse, on est obligé d’avoir des ambitions au PSG», avait lancé, fin août, Leonardo, rappelé, cet été, au poste de directeur sportif pour remettre un peu d’ordre dans la maison parisienne.

Mais aussi renforcer l’effectif. Et le Brésilien a encore fait parler son talent dans ce domaine avec un mercato estival plutôt réussi avec des renforts à chaque ligne pour espérer enfin côtoyé le top 8 européen. «On est plus forts que l’an dernier car on a fait un très bon mercato, avec les joueurs dont on avait besoin. On a un très bon effectif. On veut faire mieux que l’an dernier», a assuré, ce mardi, Marco Verratti.

S’il ne peut être considéré comme un favori au regard de son passé, le PSG peut difficilement se cacher, même si Thomas Tuchel sera privé de Neymar (suspendu) ainsi que de Kylian Mbappé et Edinson Cavani (blessés) pour ce rendez-vous face au Real de Zinedine Zidane, également décimé par les absences (Ramos, Marcelo, Modric…). Un casse-tête pour l’entraineur allemand qui va devoir repenser toute son animation offensive avec la probable titularisation de Mauro Icardi à la pointe de l’attaque, accompagné d’Angel Di Maria et Pablo Sarabia. «C’est un grand, grand défi. C’est aussi une grande occasion de montrer qu’on peut livrer une bonne performance collective. Je pense que nous sommes prêts pour ça», a confié l'ancien coach du Borussia Dortmund.

Dans un début de saison mitigé, Tuchel sait aussi qu’il n’a pas de droit à l’erreur. Son PSG a beau occuper la tête de la Ligue 1 après cinq journées (4 victoires, 1 défaite), il n’a toujours pas convaincu dans le jeu. Comme le week-end dernier lors la venue de Strasbourg, où il a fallu un éclair de génie de Neymar pour arracher la victoire dans le temps additionnel. A lui de vite trouver des solutions. Car si le résultat reste la priorité, la manière sera toute aussi importante dans une semaine relevée avec le déplacement à Lyon, à dimanche, pour s'offrir un peu de sérénité. Si rare à Paris…

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles