Un verre de vin par jour bon pour vaincre la dépression

Image d'illustration.[AFP]

Des chercheurs de l’université de Navarre en Espagne, ont mené une étude sur l’incidence de l’alcool sur l’état dépressif. L’enquête publiée le 30 août dernier dans la revue médicale BMC Medecine, met en exergue les bienfaits de la consommation quotidienne d’un verre de vin chez les personnes souffrant de dépression.

 

Une récente étude de scientifiques espagnols de l’université de Navarre, publiée dans la revue médicale BMC Medecine, révèle que l’alcool a des effets bénéfiques sur l’état dépressif

 

Un verre par jour diminue l’état dépressif

Cette étude menée sur 5.505 personnes n’ayant aucun antécédent de dépression ou d’alcoolisme a duré 7 ans. Elle met en évidence un lien de causalité significatif entre une amélioration de l’état dépressif et la consommation quotidienne d’un verre de vinContrairement, à la consommation excessive d’alcool, qui elle est néfaste chez les dépressifs et tout à chacun.

Car le vin a parmi ses composants, le resvératrol, un puissant antioxydant qui serait bénéfique pour le cœur et le cerveau.  Et chez les sujets âgés de 55 à 80 ans examinés, les résultats de l’étude montrent que son action réduit de 32% les risques de dépression.

 "La consommation modérée de vin peut réduire les effets de la dépression, tandis que les gros consommateurs d’alcool connaissent au contraire des risques plus élevés", ont expliqué les scientifiques qui ont mené l’étude.

 

Les effets néfastes de l’alcool sur le cerveau et sur les organes

Il est fréquent d’entendre dire que la consommation modérée d’alcool peut être bénéfique, mais la plupart du temps quand cette consommation est excessive elle peut entrainer divers mauxTrois millions de personnes souffrent d’alcoolisme en France d’après l’OMS (l’Organisation Mondiale de la Santé).

La consommation d’alcool agit sur notre cerveau, car l’éthanol (nom scientifique de l’alcool) est une drogue. Et donc comme toutes les autres drogues, il a un impact nocif sur le système nerveux, en débouchant sur une forte dépendance. Elle altère de nombreux gènes qui se trouvent dans le système nerveux central.

L’état d’ébriété se traduit par une altération des sens et de la réactivité du buveur : acuité visuelle diminuée, concentration altérée, agressivité, réflexes ralentis ...

Une consommation excessive et régulière (au-delà de 3 verres par jour les hommes et 2 pour les femmes) agit aussi sur beaucoup d’autres organes notamment le foie augementant les risques de cirrhose et de cancer. Cet organe chargé d’éliminer l’alcool de l’organisme, ne peut supporter plus que cette quantité quotidienne. Ou encore elle peut augmenter les risques de cancer de la gorge, les risques d’infarctus, provoquer des troubles du comportement, et des dépressions.

 

Ivres, ils s'entretuent pour un cadeau

Elle meurt déshydratée à cause de l'alcool 

Sexe : les "coups d’un soir" propices à la dépression 

Irlande : autoriser l'alcool au volant pour lutter contre la dépression

 

 

Vous aimerez aussi

Drogue Les hommes qui fument du cannabis, plus fertiles que les autres ?
Etats-Unis Beyoncé lance une bourse d’étude pour les femmes
L'alcool peut s'avérer beaucoup plus calorique que les sodas.
Alcool L'alcool fait consommer bien plus de calories que les sodas

Ailleurs sur le web

Derniers articles