Imprimantes 3D : à quoi ça sert, comment ça marche ?

Un visiteur regarde une imprimante 3D lors d'une exposition à New York, le 22 avril 2013 Un visiteur regarde une imprimante 3D lors d'une exposition à New York, le 22 avril 2013 [Emmanuel Dunand / AFP/Archives]

Les imprimantes 3D, qui permettent de produire des objets en relief à partir d'un ordinateur, s'invitent régulièrement dans l'actualité. Elles demeurent utilisées majoritairement par les professionnels mais les particuliers s'y intéressent de plus en plus. Etat des lieux à l'heure ou La Poste se dote de ces appareils. 

 

Une imprimante 3D est une imprimante qui permet de produire des objets en relief à partir d’un dessin informatique. Cette technologie était jusqu’à jusqu’à présent réservée aux ateliers de design et aux industriels, qui s'en servaient surtout pour modéliser des pièces complexes. Ce n’est que depuis très récemment qu’elles sont de plus en plus utilisées par les particuliers. 

À l'heure où La Poste teste un service d'impression 3D à destination des professionnels et des particuliers dans trois bureaux franciliens, focus sur une technologie en passe de devenir incontournable.

 

Comment ça marche ?

À l’heure actuelle plusieurs technologies rendent possibles les impressions 3D mais le principe de base reste le même. L’objet 3D à produire est automatiquement découpé en tranches par le logiciel de l’imprimante. L’appareil va ensuite déposer ou solidifier de la matière qui formera des couches successives pour créer l’objet fini. Ces imprimantes utilisent en général du plastique, de la cire, de la résine voire même du plâtre. Elles sont capables d'imprimer avec ou sans ajouts de couleurs. 

 

L’imagination pour seule limite

Véritable révolution, les imprimantes 3D permettent d’élargir le champ des possibles. À l’avenir, tout-un-chacun pourrait réaliser ses propres objets mais aussi des prototypes totalement inédits.

Plus simplement, ces appareils pourraient même fabriquer des objets qui ne sont plus produits par les fabricants, à condition toutefois d’en avoir le plan. Vous avez besoin d’une pièce particulière pour réparer votre vieux lave-linge et le fabricant vous explique que le modèle en question n’existe plus ? Si vous avez le plan de la pièce en question, vous pourrez l’imprimer.

 

Combien ça coûte ?

Le prix d’une imprimante 3D dépend pour beaucoup des dimensions de l’objet que l’on souhaite réaliser mais d’une manière générale, les prix ont beaucoup chuté ces derniers mois.

Le prix des imprimantes 3D grand public évolue entre 500 et 2.000 euros, cela reste cher mais les tarifs baissent continuellement.

Le financement participatif a toutefois permis au fabricant américain Pirate3D de vendre son imprimante Buccaneer moins de 350 dollars (environ 260 euros) mais pour ce prix il est seulement possible de réaliser des objets de petite taille. Comme pour une imprimante classique il faut également considérer le prix des consommables (les matériaux utilisés). 

 

Précautions et questions

En "imprimant" des objets plutôt que de les acheter, l’impression 3D soulève la question du droit d’auteur et de la propriété industrielle. Les plaintes pour piratage ou contrefaçons risquent de se multiplier avec la généralisation des imprimantes 3D.

La possibilité de créer des objets dangereux comme des répliques d’armes à feu pose également des problèmes de réglementation.

Des améliorations doivent également être faites au niveau des différents matériaux utilisés afin de réaliser des objets 3D les plus fiables possible. Le droit et les fabricants vont devoir s’adapter. 

 

La Poste lance un service d'impression 3D dans trois bureaux franciliens

Une imprimante 3D qui prépare les pizzas

Se faire tirer le portrait en impression 3D, un jeu d'enfant

 

À suivre aussi

Le salon Made in France vient d’ouvrir ses portes
Innovation Le salon Made in France vient d’ouvrir ses portes
Innovation Le CNRS découvre une nouvelle source d'énergie à base de transpiration
recyclage Des tee-shirts faits à partir de tomates

Ailleurs sur le web

Derniers articles