Défiguré, son visage est reconstruit grâce à une imprimante 3D

Le visage de Stephen Power, avant et après l'opération. [ABMU HEALTH BOARD / AFP]

Défiguré dans un grave accident de moto en 2012, Stephen Power vient de retrouver son visage grâce à une imprimante 3D. Des implants en titane imprimés en 3D ont, en effet, été utilisés lors de la reconstruction faciale.

 

Une révolution médicale. Stephen Power, un Gallois de 29 ans, défiguré dans un accident de la circulation, a bénéficié d'une reconstruction faciale réalisée grâce à une imprimante 3D. Victime d'un grave accident de moto en 2012, il avait été hospitalisé quatre mois et souffrait de fractures du crâne, des deux pommettes, de la mâchoire supérieure et du nez.

Pour rétablir la symétrie de son visage, l'équipe de chirurgiens du Morriston Hospital de Swansea (Pays de Galles) ont dû briser une nouvelle fois ses pommettes avant de placer des implants en titane médical sur mesure imprimés en 3D en Belgique. L'opération a duré huit heures.

"Les résultats sont bien meilleurs que tout ce qu'on a pu faire auparavant. C'est incomparable. Cela nous permet d'être beaucoup plus précis", explique à la BBC le chirurgien Adrian Sugar.

Stephen Power est également enchanté du résultat, soulignant que l'opération a "changé sa vie". Après son accident, il avait l'habitude de porter des lunettes et des chapeaux lors de ses sorties en public pour dissimuler ses blessures. "Je n'aurai plus à me cacher désormais", a-t-il ajouté à la chaîne britannique.

Ce n'est pas la première fois qu'une imprimante 3D est utilisée dans le domaine médical. En février 2012, les médecins de l'université du Michigan (Etats-Unis) avaient sauvé la vie d'un bébé grâce à une prothèse de trachée imprimée en 3D

La prouesse technologique et chirurgicale dont Stephen Power a bénéficié fait l'objet d'une présentation à l'exposition londonienne "3D printing : the Future"

 

Imprimante 3D : comment ça marche ? 

Des pièces d'avion imprimées en 3D

Une maison construire en 24h avec une imprimante 3D

 

À suivre aussi

Des membres de la Croix Rouge guinéenne à Conakry, lors d'une campagne de sensibilisation aux dangers du virus Ebola, le 11 avril 2014 [Cellou Binani / AFP/Archives]
AfSud Guinée: l'épidémie de fièvre Ebola "sous contrôle"
santé Une Italienne enceinte des jumeaux d'une autre par erreur
Les présidents français François Hollande (c) et mexicain Enrique Pena Nieto (d), la ministre française de la Culture et la Communication Aurélie Filippetti (g) sur le site archéologique de Teotihuacan le 11 avril 2014, au Mexique [Alain Jocard / AFP]
Diplomatie Hollande souligne le retard à combler dans les relations avec le Mexique

Ailleurs sur le web

Derniers articles