J.-P. Lepers : "l'UE crève d'une parole trop lisse"

John-Paul Lepers évoque les forces et faiblesses de l'Europe dans Vox Pop. John-Paul Lepers évoque les forces et faiblesses de l'Europe dans Vox Pop.

L’Europe à la loupe. Chaque dimanche sur Arte, le magazine Vox Pop explore l’Union européenne à travers les débats de société qui l’agitent. L’émission n’hésite pas à briser les idées reçues sur l’institution, sans occulter ses carences et les difficultés qui touchent les territoires. Européen dans l’âme, l’insolent journaliste John-Paul Lepers adore partir micro en main pour réveiller le citoyen du Vieux Continent.

 

Comment définir «Vox Pop» ?

C’est une émission polémique et positive basée sur le reportage et l’investigation. Nos sujets révèlent comment les lois et valeurs européennes sont vécues à travers les Etats. Si nous traitons de l’UE, Vox Pop n’est pas institutionnel. L’émission ne se fixe pas à Bruxelles. Racisme, corruption mais aussi solidarités… Nous sillonnons l’Europe pour expliquer les résistances et les succès qu’elle rencontre.

 

Ce programme est-il un remède contre l’europhobie ?

Les citoyens se divisent sur des sujets et se rassemblent sur d’autres. Mais nos voisins restent des atouts. Lorsque, jeune homme, je me baladais dans des pays européens, j’étais frappé par leurs valeurs communes. L’UE a été bâtie sur le commerce mais de grandes avancées, telles que les droits des femmes, sont maintenant inscrites dans notre histoire.

 

Pourquoi utiliser le micro-trottoir ?

«Vox Pop» vient de «vox populi» («la voix du peuple»). Je souhaitais interpeller des citoyens de tous âges et milieux. C’est un moyen d’avoir des propos à vif et d’éviter les «voix autorisées» des élus et représentants. L’UE crève d’une parole trop lisse et institutionnalisée.

 

Un sujet vous a-t-il marqué en particulier ?

Le thème des électro-sensibles était fort intéressant. Notre émission révélait comment les différents Etats géraient l’impact des ondes sur les personnes. Certains pays considèrent l’électro-sensibilité comme une maladie et s’efforce de protéger leurs citoyens.

 

Vox pop traite souvent de la xénophobie et des inégalités. C’est une émission engagée ?

C’est un magazine engagé pour la démocratie et la liberté d’expression. Face au pessimisme ambiant, Il s’agit d’affirmer que l’Europe n’est pas qu’un problème, c’est aussi une solution.

 

Quels sont vos projets actuels ?

Je suis toujours aux manettes de la Télé Libre. C’est une agence de presse doublée d’un laboratoire où nous cherchons à inventer de nouveaux formats innovants. Nous produisons des documentaires diffusés par les chaînes et accueillons également des jeunes pour les initier aux métiers du journalisme et de la technique.

 

Vox Pop, Les voyous de l’environnement, dimanche, 20h15, Arte. 

Episodes à retrouver sur Arte+7 jusqu'à sept jours après sa diffusion

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles