Coupe Davis : France et Suisse à égalité (1-1)

Gaël Monfils. [PHILIPPE HUGUEN / AFP]

Roger Federer, beaucoup trop diminué, n'a rien pu faire face à Gaël Monfils, très concentré, (6-1, 6-4, 6-3), qui a permis à la France d'égaliser 1-1 face à la Suisse en finale de la Coupe Davis, vendredi au stade Pierre-Mauroy à Villeneuve d'Ascq.

 

Toute la semaine, le dos de Federer avait fait l'actualité. Le N.2 mondial s'était blessé en demi-finale du Masters, à Londres samedi dernier, et n'avait pas pu disputer la finale le lendemain.

Il n'avait recommencé à s'entraîner légèrement que mercredi et jusqu'au bout, un doute avait subsisté sur sa participation à cette finale. Cette blessure l'a clairement rattrapé vendredi.

Le Suisse n'avait perdu qu'une fois un match de Coupe Davis sans prendre un set, en 1999 face à l'Italien Gianluca Pozzi, pour sa première rencontre dans cette compétition. Et ce match sans enjeu s'était joué en deux sets.

S'il n'a pas semblé trop gêné dans ses déplacements, le joueur aux 17 titres du Grand Chelem a été sur la retenue dans ses frappes. Monfils, qui ne l'avait encore jamais battu sur terre battue en quatre matches (1 seul set gagné), a aussi tout fait pour empêcher le Suisse de prendre confiance.

Le N.19 mondial, qui n'adore rien tant que les matches à forte pression et les folles ambiances, a sauté à la gorge de son adversaire, frappant rageusement dans chaque balle.

 

Un peu raide sur ses frappes de revers notamment, Federer s'est également très vite retrouvé en difficulté sur son service, un geste qui exacerbe les douleurs dorsales.

Il a ainsi perdu deux fois son engagement dans le premier set. Conscient qu'il était loin d'évoluer à son meilleur niveau, le Suisse est apparu grincheux, et a montré quelques signes d'agacement.

Plus lent que d'habitude pour tourner autour de son revers et faire parler son coup droit, il a continué à subir l'agressivité d'un Monfils monstrueux de détermination.

Le Français a breaké dès le troisième jeu du deuxième set et a maintenu jusqu'au bout de cette manche la même concentration.

La partie s'est un peu animée dans le troisième set, Federer commençant à se sentir mieux. Le Suisse a montré qu'il continuait à y croire en lançant un "come on !" (allez !) sonore, après être revenu à 30-A sur son service à 1-1.

Mais sur son jeu de service suivant, le Bâlois a de nouveau lâché prise, balançant un coup droit largement dans le couloir sur la deuxième balle de break du Français. Sérieux jusqu'au dernier échange, Monfils, qui restait sur une défaite face à Federer en quarts de finale de l'US Open, après avoir eu des balles de match, a conclu sur un beau revers, son 44e coup gagnant de la rencontre.

 

Wawrinka avait donné le premier point à la Suisse

Dans le premier simple, Stan Wawrinka avait donné le premier point à la Suisse, en disposant plutôt facilement de Jo-Wilfried Tsonga en quatre sets 6-1, 3-6, 6-3, 6-2. C'est seulement la cinquième défaite en 21 simples de Coupe Davis de Tsonga, habituelle valeur sûre des Tricolores. Il s'était aussi incliné d'entrée cette année en quarts face à l'Allemand Peter Gojowczyk et la France ne s'était imposée que 3-2.

Sous les yeux de 27.000 spectateurs électrisés, Tsonga, qui n'a toujours battu aucun joueur du Top 10 en Coupe Davis, a eu un mal fou à entrer dans la partie. L'estomac noué, il a d'abord complètement subi le jeu de Wawrinka.

Le Suisse, apparemment pas stressé par l'événement, a immédiatement évolué au niveau qui lui avait permis en janvier de remporter le premier tournoi du Grand Chelem de sa carrière, à l'Open d'Australie.

Plus libéré, le N.4 mondial a dicté le rythme, n'hésitant pas à se montrer offensif et à monter au filet, le plus souvent avec réussite. Constamment sur le reculoir et en souffrance sur son service, Tsonga a vu les jeux défiler, sans pouvoir réagir. Wawrinka s'est offert ce premier set en tout juste 26 minutes.

Conscient qu'il ne pouvait continuer de la sorte, le N.1 français s'est enfin relâché, après avoir péniblement remporté le deuxième jeu du second set. Plus à l'aise sur son service, il a pris plus régulièrement l'initiative, en se portant à son tour vers l'avant. Ainsi pressuré, Wawrinka a commencé à faire quelques petites erreurs, comme cette double faute qui lui a coûté le break (1-3) et finalement le set.

La dynamique s'est encore inversée dans la troisième manche. Tsonga a à nouveau un peu perdu en efficacité sur son engagement et subi derrière sa seconde balle de service.

Wawrinka, avec sa remarquable gestuelle, a continué à dominer la diagonale de revers pour breaker et mener 4-2, puis 5-2. Sur son service, Tsonga a alors écarté deux balles de set, la seconde sur un ace, avant de haranguer le public, plutôt sage jusque-là, et de gagner le jeu.

Mais le Suisse, même mené 0-30, n'a pas craqué sur son jeu de service suivant, et a empoché cette troisième manche sur sa quatrième balle de set, après avoir commis une double faute sur la précédente.

Plus tranchant sur tous les points importants, Wawrinka a approché le couperet de la tête de Tsonga en prenant le service du Français d'entrée de quatrième set. La lame est tombée dans le septième jeu quand le Suisse a breaké pour la deuxième fois, le Tricolore se montrant ensuite incapable de modifier le cours du match.

 

 

 

 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles