Le procès de «décrocheurs» du portrait d’Emmanuel Macron s’ouvre ce mercredi

Par
Mis à jour le Publié le

Le procès de plusieurs activistes écologistes s’ouvre ce mercredi 11 septembre devant la 16ème chambre correctionnelle du TGI de Paris. Ils sont jugés pour avoir participé au mouvement «décrochons Macron», une action symbolique consistant à décrocher les portraits présidentiels dans les mairies.

Félix V., 23 ans et Pauline B., 36 ans comparaissent devant la justice pour avoir décroché des portraits du président Macron dans des mairies parisiennes. Ils risquent la prison.

«On connaissait les risques de l'action. On savait que juridiquement, ça pouvait être qualifié de vol en réunion. Après, je pense qu'on n'est jamais totalement prêt à se retrouver devant la justice», explique Félix V., 23 ans, étudiant en sciences politiques et urbanisme.

128 portraits récupérés par les militants

Les militants du mouvement «décrochons Macron» ont récupéré 128 portraits, certains ont été brandis à l'envers lors d'une marche, en marge du G7 de Biarritz. Ces militants écologistes dénoncent la politique environnementale d’Emmanuel Macron. Pour eux, cet acte illégal était le moyen le plus efficace pour alerter les autorités sur l’urgence climatique.

La semaine dernière, 500 euros d'amende ont été requis à l'encontre de deux autres «décrocheurs» à Lyon. Jugés pour  vol en réunion», Félix et Pauline encourent 5 ans d’emprisonnement et 75.000 euros d’amende.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles