La mort d'une jeune journaliste fait polémique en Bulgarie

Mis à jour le Publié le

Le corps de Viktoria Marinova a été retrouvé sans vie samedi 6 octobre à Ruse, en Bulgarie. Si l'enquête n'est qu'à ses débuts, nombreux sont ceux à affirmer que sa profession et sa mort sont liées.

Son décès laisse les Bulgares sans voix : Victoria Marinova, jeune journaliste de 30 ans, a été violée avant d’être étranglée et laissée pour morte. Elle présentait une émission sur les questions de société. Dans son dernier numéro elle avait réalisé une interview avec deux journalistes d’investigation qui enquêtaient sur des soupçons de fraude aux subventions européennes. Nombreux sont ceux qui font le lien entre sa mort et son métier de journaliste même si pour le moment aucun élément de l’enquête permet de confirmer cette théorie.

La Bulgarie figure en bas du classement européen en matière de liberté de la presse. Reporters sans frontières classe le pays au 111ème rang sur 180 au niveau mondial. Viktoria Marinova n’est pas un cas isolé, elle est la troisième journaliste tuée en un peu moins de douze mois en Europe.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles