Le compagnon de Nabilla se serait blessé lui-même, selon elle

Quelles sont les raisons qui ont poussé Nabilla à commettre l'irréparable ?[LORENVU / SIPA pour Direct Matin]

La star de téléréalité Nabilla était toujours en garde à vue vendredi soir, soupçonnée d'avoir blessé au couteau son compagnon Thomas Vergara à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) à l'occasion d'une dispute.

 

Selon des sources concordantes, la jeune femme de 22 ans, "très confuse dans ses déclarations", a affirmé que son compagnon avait été blessé par des agresseurs, ce que les premiers éléments de l'enquête ne confirment pas, selon le parquet de Nanterre. D'après RTL, Nabilla aurait finalement avoué en garde à vue avoir eu une altercation avec son compagnon. Mais selon cette dernier, l'homme se serait lui-même poignardé, sous l'emprise de la drogue. 

Sur twitter, le mot Nabilla était en tête des sujets les plus discutés en France et Google la plaçait au premier rang des recherches des internautes à la mi-journée, avec plus de 200.000 demandes. Les réseaux sociaux bruissaient du fameux "Allô, non mais allô quoi" qui l'a fait connaître du grand public.

Vers 02H30, les pompiers ont été appelés dans une chambre d'appart'hôtel à la suite d'une dispute du couple. Thomas Vergara, qui avait rencontré Nabilla Benattia lors de l'émission "Les anges de la téléréalité", présentait plusieurs blessures par arme blanche au thorax.  "Son état est jugé sérieux", a expliqué une source policière, mais son pronostic vital n'est pas engagé, a précisé le parquet de Nanterre.

 

Un faux scénario imaginé par Nabilla

Selon les premières déclarations de Nabilla, "le couple aurait été agressé par trois individus et son compagnon aurait été blessé en s'interposant", a expliqué une autre source policière. C'est elle qui a appelé les pompiers pour évoquer cette altercation à l'extérieur de l'immeuble, selon le parquet de Nanterre, "alors que le couple rentrait de soirée à bord d'un taxi", a-t-elle expliqué.

"Elle dit qu'il ne se rend compte de la blessure qu'une fois arrivé dans leur chambre", précise le parquet. "Les policiers, après vérification, ne confirment pas ses déclarations", affirme le parquet: "Il n'y a pas de trace de sang à l'extérieur de l'immeuble et la vidéosurveillance dans l'hôtel montre que les horaires et comportements décrits" par Nabilla "ne correspondent pas à ce qu'elle dit"

 

"Du sang dans la chambre"

Selon une source policière, ces images montrent qu'"ils sont arrivés séparément à l'hôtel" et que "Thomas Vergara, lorsqu'il a passé la porte, semblait tout à fait bien". "On a tout lieu d'imaginer une dispute entre eux qui a mal tourné et que les choses ne se sont pas passées comme (Nabilla) le dit", affirme une source proche de l'enquête.

"De nombreux allers-retours du couple ont été repérés" par la vidéosurveillance, ajoute cette source, laissant penser que l'agression est postérieure à l'arrivée à l'hôtel et qu'elle s'est probablement déroulée "dans la chambre" où des traces de sang ont été découvertes, toujours selon cette source. L'enquête de flagrance est désormais ouverte pour "tentative d'homicide volontaire", en raison du coup porté dans la région sensible du poumon.

 

 

Beaucoup de bruit en milieu de nuit

Une résidente de l'immeuble, un appart'hôtel de six étages, raconte à l'AFP avoir entendu "beaucoup de bruit en milieu de nuit", "des cavalcades de pas". Nabilla habitait le quartier depuis au moins plusieurs semaines, selon des riverains.

La jeune femme, placée en garde à vue vers 03H40, avait été hospitalisée après avoir fait un malaise, avait précisé à l'AFP le parquet. Elle a quitté l'hôpital à la mi-journée et devait être entendue dans l'après-midi dans les locaux de la police judiciaire des Hauts-de-Seine. 

Selon les tests toxicologiques, pas de traces d'alcoolémie chez Nabilla. Pour la drogue, "c'est en cours", précise encore le parquet. La pulpeuse jeune femme d'origine algérienne et italienne, aux longs cheveux bruns, mannequin à ses heures notamment pour un défilé Jean Paul Gaultier, est surtout célèbre pour son expression culte, détournée par des publicitaires, "Allô, non mais allô quoi".

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles