Benedict Cumberbatch : "Turing avait un esprit brillant"

Benedict Cumberbatch incarne Alan Turing dans "Imitation Game" de Morten Tyldum. Benedict Cumberbatch incarne Alan Turing dans "Imitation Game" de Morten Tyldum. [© Studiocanal]

Favori des Oscars pour le prix du meilleur acteur, Benedict Cumberbatch incarne le mathématicien Alan Turing dans "Imitation Game". L’occasion pour l’acteur britannique qu’Hollywood réclame à cor et à cri de faire connaître la vie de ce scientifique qui collabora avec les Alliés au décryptage du code nazi Enigma et qui fut mis au ban de la société après le conflit à cause de son homosexualité. 

 

Quel genre de défi représentait l’incarnation d’Alan Turing ?

C’était imprudent de ne voir en Alan Turing qu’un esprit brillant. Certes c’était un être singulier. Mais même quelqu’un qui élabore un ordinateur doit collaborer avec des êtres humains au final. Le rendre humain n’a pas été difficile à partir du moment où j’ai commencé à faire des recherches sur lui. C’était quelqu’un de très sensible qui a subi un grand traumatisme durant son enfance.

 

Etiez-vous au courant du contexte d’homophobie de l’époque?

Des centaines de gays ont été persécutés à cette époque pour les mêmes faits qu’Alan. C’était une époque terrible. Ce que je ne savais pas en revanche, c’était qu’on pratiquait la castration chimique. Que l’on pratique d’ailleurs encore dans d’autres parties du globe. Et, bien qu’on soit devenu plus tolérant à cet égard, c’est encore un sujet sur lequel on doive progresser en termes de droits.

 

Existe-t-il des similarités entre le personnage de Sherlock Holmes et Alan Turing ? 

Outre que ce sont tous les deux des êtres extrêmement intelligents ?… Non ! Ils sont très différents. Le premier est un personnage de fiction, très théâtral, qui parle vite et se sert de son intelligence pour coincer les autres et faire son autopromotion. L’autre a vraiment existé et était atteint parfois de bégayements… Il avait un esprit brillant et s’en est servi pour accomplir de grandes choses avec d’autres personnes. 

 

Vous incarnez un génie. Dans votre métier, croyez-vous davantage au génie qu’au travail?

Les deux ne s’excluent pas. Il faut sûrement posséder quelque chose au départ et ensuite le faire fructifier. Ce qui a fait de Turing un génie, c’est qu’il a réellement construit ce qu’il avait imaginé. 

 

Vous avez déjà incarné pas mal de personnages historiques. Y’a-t-il une personnalité que vous rêvez d’interpréter ?

Je suis assez nerveux quand je réponds à ce genre de questions parce que les producteurs s’empressent tout de suite de m’envoyer des tonnes de scénarios. Mais oui bien sûr qu’il y a des personnages, de fiction ou non, que j’aimerais interpréter. Sinon je serai déjà à la retraite. (rires)  

 

Dans le cadre du métier d’acteur, avez-vous peur de quelque chose ?

Faire ce métier avec obsession ?!... Comme pour tout projet, c’est parfois terrifiant de se lancer pour la première fois. Mais je suis vraiment chanceux de faire un métier dans lequel je ne suis pas obligé de me répéter sans cesse.

 

"Imitation Game", de Morten Tyldum, avec Benedict Cumberbatch, Keira Knightley et Matthew Goode. En salles, le mercredi 28 janvier 2015.

 

La bande-annonce de "Imitation Game" :

 

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles