Tourisme : Voyager avec des enfants les bons conseils à suivre

Rythme, activités, destinations, implication... bien voyager avec ses enfants se prépare. [DR]

Les vacances scolaires approchent. Mais bien voyager en famille se prépare. Rythme, activités, destinations... on ne part pas avec des enfants comme en couple ou en solo. Et certains faux-pas sont à éviter.

Créée il y a un an par deux parents voyageurs rompus à l’industrie du tourisme, l’agence Tribu d’explorateurs, spécialiste des séjours sur-mesure long-courriers confectionnés selon les envies et le profil des familles, décrypte les pièges à éviter. Leur concept : construire des souvenirs durables en faisant les bons choix. Mode d’emploi. 

Impliquer ses enfants 

Un bon voyage en famille se construit en tribu. Alors que les parents fantasment souvent leurs vacances de leur côté, intégrer sa progéniture à la conception de son voyage est l’une des clefs d’un séjour réussi, souligne Aurélien Chabrol, co-fondateur de Tribu d’explorateurs. D’autant plus important que le jeune public est un public qui évolue vite. Un enfant de 7 ans n’aura pas forcément les mêmes envies que l’année précédente.

Il est donc nécessaire de bien communiquer pour prendre en compte ces changements, parfois subtils. Non seulement, cette démarche permettra à l’enfant de se familiariser avec la destination, d’apprendre à la connaître et de s’enrichir avant le départ, mais aussi de faire part de ses nouvelles envies. Seulement à partir de là, il sera possible aux familles de définir leurs attentes et concocter un programme qui correspondra aux souhaits de tous, en panachant balades, visites de musées et activités. «Les enfants ne décident pas tout mais en étant impliqués, ils deviennent vraiment moteur du voyage» note Aurélien Chabrol.  

Bien choisir sa destination 

D’accord la vie ne s’arrête pas, ou presque, quand on a des enfants et il est possible de partir dans de nombreux pays avec sa tribu. Mais certaines destinations se prêtent plus que d’autres à des voyages en famille. Si partir en Europe nécessite moins de logistique, choisir une destination plus lointaine mérite que l’on se poser les bonnes questions. Avant un an par exemple, l’intérêt d'un voyage à l’étranger est forcément limité, note Aurélien Chabrol.

Pour le reste, mieux vaut évidemment privilégier des destinations kids friendly. C'est-à-dire des destinations qui offrent un maximum de sécurité,  un bon accueil comme en Asie par exemple, peu de décalage horaire, à l’instar de l’Afrique du sud, ou alors il faudra prendre le temps de s'adapter, et des infrastructures de qualité. Autant d'éléments qui permettront aux parents de partir en toute quiétude. Mais bien choisir, c’est aussi trouver une destination cohérente en termes de saisonnalité par rapport aux vacances scolaires. Il vaut mieux, par exemple, privilégier l’hémisphère sud durant les vacances d’hiver où opter pour des pays qui se visitent toute l’année, comme le Japon. 

Ne pas vouloir en faire trop 

Le piège classique. Lorsque l’on part une semaine ou quinze jours, la tentation est forte de vouloir sillonner le pays en long, en large et en travers afin de découvrir un maximum de lieux. Une erreur qui peut fatiguer inutilement et impacter lourdement l’ambiance des vacances. N’y-a t-il rien de pire que des enfants fatiguer et donc bougons ? Pour y remédier, «il ne faut pas vouloir en faire le plus possible, mais bien le faire» note Aurélien Chabrol.

Car bien voyager avec ses enfants, c’est aussi trouver le bon rythme et équilibrer les visites et les activités. «Il ne faut pas avoir peur de prendre un ou deux jours de plus à l’arrivée pour se remettre du voyage ou privilégier les activités le matin, pour se raconter ses souvenirs l’après-midi et avoir un temps pour chacun des membres de la famille», poursuit-il.  Par ailleurs, passer au minimum deux jours sur place, privilégier les sauts de puce, les trajets raisonnables et bien sélectionner ses excursions sont autant de solutions pour bien vivre ses vacances.  

Construire des souvenirs durables grâce à des activités fédératrices

«Bien voyager avec sa tribu, c’est avant tout construire des souvenirs durables» souligne enfin Aurélien Chabrol. Pour les enfants, les souvenirs ne se limiteront pas, comme pour les adultes, à une visite d’un lieu mondialement connu, dont les enfants n’ont que faire. Ils s’en rendront compte plus tard.

Créer des souvenirs marquants pour le jeune public passe par des activités qui développent du lien, des rendez-vous où parents et enfants découvriront ensemble. Qu’ils s’agissent d’activités sportives ou culturelles, l’idée est de se dépasser ensemble et d’apprendre ensemble. Aux USA, par exemple l’agence propose d’embarquer dans un camion de pompier ; au Japon, d’apprendre à dessiner des mangas ;  à Abu Dhabi de découvrir le nouveau Musée du Louvre par la mer… en kayak. Autant de rendez-vous originaux qui raviront à coup sûr toute la famille, parce que finalement «des enfants heureux font des parents heureux et inversement» conclue-t-il. 

De l’Afrique du sud aux Emirats, vingt et une destinations long-courriers adaptées aux vacances scolaires sont proposées par l’agence Tribu d’explorateurs. Pour une semaine incluant sept à huit activités, les vols, l’hébergement, les transferts, il faut compter en moyenne 2000 euros par personne.

À suivre aussi

Tourisme Vacances de la Toussaint : 1 Français sur 5 compte partir
Faillite Thomas Cook : ce qu'il faut savoir sur le rapatriement des Français
Aviation Faillite de Thomas Cook : quels recours pour les 10.000 clients français en vacances ?
Le voyagiste britannique  Thomas Cook cherche à trouver des financements supplémentaires pour éviter une retentissante faillite et le rapatriement massif de ses 600.000 touristes à travers le monde [Tolga Akmen / AFP/Archives]
Royaume-Uni Journée cruciale dimanche pour Thomas Cook au bord de la faillite

Ailleurs sur le web

Derniers articles