Les 5 meilleurs mangas de septembre 2019

[© 2016 Koyoharu Gotouge/Shueisha]

C'est l'heure de la rentrée pour les éditeurs de mangas. Après un premier semestre riche en nouveautés, cette dernière partie de l'année promet encore des surprises dans les librairies, à commencer par Demon Slayer et Gigant.

Demon Slayer

kimetsu_no_yaiba_5d7b9f294acce.jpg

© 2016 Koyoharu Gotouge/Shueisha

Des ninjas, des samuraïs et des démons. Voici le cocktail de Demon Slayer, un shônen inspiré à retouver chez Panini Manga. Dans la pure veine des œuvres de chambara (mettant en scène des bretteurs), les cases signées Koyoharu Gotouge amènent à découvrir le destin funeste de Tanjiro, un jeune marchand, dont la vie bascule le jour où il découvre que ses frères et sœurs ont été sauvagement assassinés. Toutefois, Nezuko, sa jeune sœur, a survécu au massacre, mais semble possédée par une force surnaturelle... 

Pourquoi il faut le lire :

Devenue l'un des best-sellers au Japon (7 millions de tomes vendus depuis 2016), Demon Slayer, Le pourfendeur de démons, n'en est pas à sa première apparition en France. Déjà Panini Manga avait publié cette œuvre sous le nom Les Rôdeurs de la Nuit en 2017. Confidentiel, le manga avait ses adeptes. C'est toutefois l'immense succès de la série animée (diffusée chez Wakanim en France) qui a poussé l'éditeur à republier le manga avec son nom d'origine.

Reste que Demon Slayer possède d'immenses qualités en redonnant un souffle salvateur à la formule des shônens qui semble s'essouffler au pays du Soleil Levant. A l'instar de l'Attaque des Titans (Pika) ou de The Promised Neverland (Kazé), l'aventure de Tanjiro surprend par sa maturité et son intensité dramatique. Le contexte de l'ère Taishô (1912 - 1926) offre un contexte intéressant, où le Japon des anciennes traditions doit faire face à la modernité venue d'occident. Intense et parfois provoquant, Demon Slayer offre aussi sont lot d'action survoltée.

Demon Slayer, Koyoharu Gotouge, Panini Comics, tomes 1 et 2 disponibles le 18 septembre.

Natsuko no SakE

natsuko_no_sake_5d7b9b707657f.jpg

© Akira Oze/Kodansha Ltd.

A l'instar du manga Les Gouttes de Dieu (Glénat) qui dévoilait avec les délices les secrets du vin et des meilleures bouteilles au monde, Natsuko no Sake invite à découvrir les merveilles d'un autre alcool : le saké. Le mangaka Akira Oze s'applique ici à dépeindre la vie de Natsuko Saeki, jeune working girl des années 1980, qui décide de porter seule la brasserie de saké de son frère après son décès. Elle entre alors dans un univers où la mysoginie et la fierté masculine est encore très présente, y compris au sein de sa famille. Qu'importe, cette idéaliste porte en elle le courage de produire l'un des meilleurs alcools de riz de son pays.

Pourquoi il faut le lire :

On salut particulièrement le courage de la jeune maison d'édition française Vega de publier ce manga qui avait rencontré un vif succès chez Kodansha dans les années 1980. Surtout, Natsuko no Sake invite à découvrir avec force détails l'univers de la brasserie de saké et ses multiples secrets.

Au-delà de ce véritable reportage au cœur de ce secteur au savoir-faire ancestral, Natsuko no Sake s'intéresse à un Japon où les femmes cherchent encore leur place, tandis qu'en filigrane on y découvre les prémisses de l'agriculture intensive et ses dégâts potentiels, durant une décennie où le Japon était une véritable locomotive technologique. On apprécie particulièrement le trait délicat d'Akira Oze qui sied à merveille à son héroïne attachante.

Natsuko no Sake, de Akira Oze, éd. Vega, tome 1 disponible.

Gigant

«Gigant», la nouvelle création d'Hiroya Oku, est arrivée. Fidèle à ses thématiques habituelles, le mangaka scrute avec talent la part d'ombre du Japon. L'aventure suit Rei, un lycéen introverti de 16 ans, passionné de cinéma, prêt à tout pour devenir réalisateur.

Déterminé à tourner son premier court-métrage, mais maladroit, il se heurte inlassablement aux railleries de certains et aux refus des plus belles filles du lycée. C'est alors qu'il fait la rencontre IRL de Papico, une jeune actrice porno dont il est fan et qu'il suit sans relâche sur les réseaux sociaux. L'arrivée d'un artefact permettant à Papico de changer de taille à volonté va alors brusquement changer la donne, nous rappelant qu'on est bien dans un Seinen et non dans un Shojo. Les codes évoluent alors brutalement. Le héros classique des premières pages (Rei, lycéen mignon mais mal dans sa peau) est-il le héros ou simplement le sidekick d'une héroïne aux pouvoirs XXL ?

Pourquoi il faut le lire :

Après Gantz, son oeuvre majeure (37 tomes publiés entre 2000 et 2013), suivie de Last hero Inuyashiki (11 tomes entre 2014 et 2017), Horiya Oku poursuit sa quête originale,toujours armé de son style sublime Les obsessions du mangaka refont très vite surface et il nous offre, en prime une description passionnante du Japon des années 2010. En effet, Rei et ses parents ne communiquent presque plus, Papico vit sous l'emprise toxique d'un petit ami violent et toute la jeunesse tokyoïte vit l'oeil rivé sur l'écran de son smartphone.La Papico des débuts, très introvertie malgré sa profession si particulière, va alors faire parler la poudre.

En creux, on devine l'envie du mangaka de s'interroger une nouvelle fois, sur un grand classique au Japon: le poids des apparences et des traditions. Le vieux salary man devenu super-héros de Last Hero Inuyashiki portait déjà en lui ce message fort. Avec Gigant, à 51 ans, Hiroya Oku prouve qu'il a encore beaucoup de choses à nous dire, et il nous fait comprendre que les étiquettes sont là pour être décollées. A grands coups de pied, s'il le faut.

Gigant, de Hiroya Oku, éd. Ki-oon, tome 1 disponible.

Neun

neun_manga_pika_5d7ba20eb495b.png

Nouveau manga choc de Takahashi Tsutomu, NeuN (Neuf en allemand) s'affiche comme une uchronie durant l'Allemagne nazie. Au détour d'expérience d'insémination artificielle, Adolf Hitler aurait eu treize enfants, afin d'assurer sa descendance. Disséminés secrètement dans le nouvel empire du Reich, ceux-ci deviennent alors la cible des SS chargés de les traquer et de les assassiner, lorsqu'il est décidé de mettre un terme à ce programme secret. Neun est l'un des enfants cachés du fuhrer. Rescapé, il doit la vie à Théo, un soldat allemand chargé de le protégé coûte que coûte. Mais tous deux deviennent des fugitifs...

Pourquoi il faut le lire :

Déjà habitué des mangas coup de poing aux histoire adultes et sans compromis avec Détonations (en deux tomes chez Pika), Takahashi Tsutomu livre une histoire éprouvante sous le régime sanguinaire d'Adolf Hitler. La guerre y est dépeinte dans sa plus grande cruauté. Sombre et torturée, la quête désespérée de Neun n'en demeure pas moins passionnante. Principalement en raison de planches particulièrement réussies et noires, d'une densité narrative rare. En outre, le scénario n'est pas en reste, grâce à l'épais mystère qui enveloppe ce programme. Captivant.

NeuN, de Takahashi Tsutomu, éd. Pika, tome 1 disponible.

FULL DRUM

tom_5d8269297bcc3.jpg

La Coupe du monde de rugby commence vendredi 20 septembre, au Japon. Heureux hasard (?), le manga Full Drum vient de débarquer en France. Pur shonen, il nous raconte le parcours initiatique de Hino, un lycéen aussi têtu que peu doué. Après avoir essayé - sans succès, évidemment - de briller dans tous les sports, il se laisse tenter par le rugby, une discipline «exotique» au pays du soleil levant. Le charme d'Ayako, la manager du club, n'est sans doute pas étranger à sa soudaine passion. Et miracle, Hino dispose, pour une fois, de vraies aptitudes, à tel point qu'il pourrait même devenir un génie du ballon ovale. 

Pourquoi il faut le lire :

Le manga sportif est un genre à part entière, qui a déjà connu des succès incroyables (Captain Tsubasa, Ashita no Joe, Slam Dunk, Eyeshield 21) au Japon et en France. Pas facile, dans ces conditions, de tirer son épingle du jeu. Et pourtant, le jeune Tohru Hakoishi réussit son entrée en matière. Son trait nerveux fait merveille dans Full Drum et il trouve très vite un équilibre entre l'action et l'humour. On imagine déjà que Hino va devenir un très grand rugbyman, mais le personnage est sympathique, grande gueule voire arrogant, ce qui laisse augurer des scènes croustillantes. Vivement le Tome 2 !  

Full Drum, de Tohru Hakoishi, éd. Pika, tome 1 disponible.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles