Kery James met K.O l’AccorHotels Arena

Kery James, artiste rap depuis plus de 30 ans. [FRED TANNEAU / AFP]

Un combat de deux heures et demi. Arrivé à la façon d’un boxeur sur la scène de l’AccorHotels Arena, lundi soir, Kery James a livré une performance complète et de haute volée devant ses fans pour clôturer le «Banlieusards Tour».

«Un concert, c’est 50% les artistes et 50% le public», a clamé au début du show le rappeur du 9.4., accompagné de ses deux talentueux backeurs OGB et Teddy Corona. A la fin, on peut dire que le pari est à 100% réussi.

La première surprise de la soirée est l’apparition sur les écrans de Coluche. En héritier de ses idées sur la pauvreté et les inégalités, Kery James se tourne pour écouter son prédécesseur. Une introduction parfaite au morceau «Racailles», destiné à la classe politique. En fond, des images d'arrestations policières «musclées» lors des manifestations de gilets jaunes.

Des invités de renom

Le rappeur enchaîne ses classiques et arrive alors sur scène Kool Shen (NTM) pour interpréter un passage de «That’s My People». Il n’est que le premier d’une longue liste d'artistes réputés comme Rockin Squat (Assassin), Youssoupha ou encore Orelsan, à venir sur scène. De nombreuses personnalités ont également répondu présent comme Mouloud Achour, Thomas Ngijol, Zaho et Grand Corps Malade.

L’artiste a fait passer son public par plusieurs émotions, comme lors de la chanson «Amal», où Alix Mathurin, de son vrai nom, raconte l’histoire vraie et le combat d’Amal Bentounsi, fondatrice du collectif des familles de crimes policiers «urgence-notre-police-assassine» et dont le frère a été tué par un policier en 2012. 

Célébrer une année remplie de succès 

Un autre moment fort est la reproduction de la scène finale de son film, où Jammeh Diangana et Chloé Jouannet se livrent à une opposition de plaidoiries sans merci avec comme question de fond : «L'Etat est-il le seul responsable de la situation actuelle des banlieues ?»

Kery James a fêté en grande pompe ses 30 ans de carrière et sa réussite en 2019, entre le théâtre, la réédition de son album et surtout la sortie couronnée de succès, en octobre dernier, du film «Banlieusards», coréalisé avec Leïla Sy, en charge de la scénographie durant le concert.

La soirée est une réussite. «Muhammad Alix» a montré, une fois de plus, qu'il est un artiste complet. L'un des meilleurs de la scène française. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles