Les 5 séries à «binger» cet été

Perdus dans l'espace est une série de science-fiction à découvrir absolument.[capture d'écran Youtube © Netflix]

L’été sera beau, l’été sera chaud. Mais ce n’est pas une raison suffisante pour abandonner sa passion pour les séries. En voilà justement cinq à consommer sans modération pendant la période estivale.

La plage et la farniente, ça va un moment. Mais il ne faudrait pas oublier de s’offrir des instants de respiration loin des rayons UV durant les deux mois qui viennent. C’est le moment d’utiliser son temps libre à bon escient en passant un nombre d’heures absolument révoltant devant son petit écran de télévision. Et sans culpabiliser. On fait plein de trucs de «vacances» pendant la journée si on veut, on sort voir les amis le soir, etc. et pour changer un peu d’ambiance, on se cale une bonne grosse soirée télé au milieu de la semaine.

Pour ceux qui sont encore au travail, sachez que le temps passe plus vite quand on regarde des heures durant une bonne série.

Glow sur Netflix – 2 saisons, 20 épisodes

Difficile de faire plus dans la «vibe du moment». Lancée en 2017, la série GLOW suit des apprentis catcheuses dans l’Amérique des années 1980. Ces comédiennes, dont la carrière est inexistante ou presque, s’improvisent gladiatrices des rings avec leurs justaucorps acidulés et leurs brushings XXL. Elles sont également des femmes bien décidées à affirmer leur place dans la société.

La série s’inspire d’une histoire vraie, celle des «Gorgeous Ladies of Wrestling», qui entre 1986 et 1990 ont connu le succès sur le petit écran américain. Drôle, énergique, et flamboyante, GLOW s’amuse habilement des stéréotypes, nous replonge avec délice dans l’ambiance des années 1980, et peut compter sur une solide distribution. Alison Brie est juste irrésistible dans le rôle principal. Betty Gilpin, qui incarne sa rivale, est au sommet de sa forme. Allez-y les yeux fermés !

Perdus dans l’espace sur Netflix – une saison, 10 épisodes

La science-fiction, c’est comme les galettes. C'est bien quand elle est bien faite. Et c’est exactement le cas de Perdus dans l’espace. Adaptation de la série originale datant de 1965, et du film (avec Matt LeBlanc) de 1998, cette nouvelle mouture parvient aisément à distancer ses prédécesseurs grâce à des moyens financiers manifestes dans les effets spéciaux qui s’apprécient dès les premières minutes du premier épisode.

L’histoire suite la famille Robinson qui, en 2046, fait partie d’un vaste plan international de colonisation de l’espace. La Terre se meurt, et l’urgence est de trouver un «ailleurs» pour s’y installer. Mais une avarie de leur vaisseau va précipiter les Robinson sur une planète inconnue où les dangers sont nombreux. La série profite indéniablement des talents de réalisateur de Neil Marshall (Game of Thrones), possède une touche un peu «old school», et bénéficie d’un casting solide (Molly Parker, Toby Stephens, et l’incroyable Parker Posey). Vous allez être scotchés dans la seconde.

Legion sur OCS Go – 2 saisons, 19 épisodes

«Une série de super-héros pour ceux qui n’aiment pas les super-héros». C’est ainsi que Dan Stevens décrit Legion, série dans laquelle il tient le rôle principal, et qui découle directement des tuyaux de l’univers Marvel. Mais il est certain que ceux qui cherchent des gros muscles et beaucoup d’actions avec des mutants en costumes risquent d’être déçus. Ou pas. Car Legion est un ovni dans l’univers des séries.

Elle suit les aventures de David Haller, un jeune homme au physique quelconque atteint de schizophrénie depuis son plus jeune âge et passé par un nombre extravagant d'hôpitaux psychiatriques. Mais est-on bien certain que David Haller soit fou ? Nous n’irons pas plus loin dans les explications, car cela gâcherait le plaisir.

Création de Noah Hawley – qui est derrière la série Fargo (elle aussi excellente) – Legion est une expérience visuelle comme il en existe peu à la télévision. Nul doute que certains seront quelque peu décontenancés devant les premiers épisodes. Mais c’est ça qui est «fun». La série ne perd pas de temps, et très vite, c’est tout un univers déroutant qui se dévoile devant vos yeux ébahis. Elle vaut carrément le détour.

American Gods sur Amazon Prime Video et canal+ – une saison, 8 épisodes

Les Dieux entrent en guerre. American Gods n’est pas une série biblique, loin de là. Adaptée du roman éponyme de Neil Gaiman pour la télévision par Bryan Fuller et Michael Green, elle surprend par la texture de son image, ses personnages étranges et mystérieux, et une curieuse histoire d’amour en toile de fond.

On fait connaissance avec Ombre, un homme dont la peine de prison a été allégée suite à la mort accidentelle de sa femme et de son meilleur ami dans un accident de la route. Il fait alors la rencontre d’un personnage se faisant appeler Voyageur. Ce dernier lui propose de devenir son garde-du-corps. Une proposition qu’Ombre accepte, sans savoir qu’il vient de mettre les pieds au centre d’un conflit divins entre les anciens et les nouveaux dieux.

Le scénario est original, et le casting tout à fait séduisant. Notamment Ian McShane qui joue à merveille de la nonchalance de son personnage. On y croise des divinités à chaque épisode, et on s’amuse à essayer de deviner qui est qui. Une deuxième saison devrait voir le jour, un jour (Fuller et Green ont quitté leur poste de showrunners et leur remplaçant n’a été nommé qu’en février dernier).

The Terror sur Amazon Prime Video – une saison, 10 épisodes

Il fait chaud dehors, et froid dans la télé. The Terror, adaptation du roman éponyme de Dan Simmons, suit la quête de deux navires de la Royal Navy – le HMS Erebus et le HMS Terror – pour trouver le passage du Nord-Ouest à la fin du 19e siècle. Malheureusement, leur expédition est interrompue quand les bateaux se retrouvent bloqués sur la banquise. Tout est planifié pour survivre plusieurs mois, voire même plusieurs années, dans les terribles conditions climatiques du grand nord. Mais un événement inattendu, le froid, et la maladie, vont venir semer la discorde au sein de l’équipage.

Angoissante, glaçante, et réhaussée d’un soupçon de fantastique, The Terror est comparable à un énorme huit-clos dans la neige et la glace. L’apparition d’une étrange créature assure le côté «action» de la série. Mais ce sont surtout les relations complexes (sans en faire trop non plus) entre les personnages qui valent le détour. Jared Harris (Mad Men, The Crown) est magistral dans le rôle du capitaine Francis Crozier. Tout comme Adam Nagaitis dans celui d’un simple matelot qui se révèlera particulièrement vicieux, ou juste complètement fou. Cette série est un peu le glaçon que l’on met dans son sirop à la menthe sous un soleil de plomb.

À suivre aussi

pop culture Star Wars : dans quel ordre chronologique faut-il regarder les films et séries dérivées ?
Séries Les 45 séries à voir en 2019
Télévision Une date pour la saison 2 de «The Boys», le retour de «Weeds» en préparation… les 5 infos TV à retenir

Ailleurs sur le web

Derniers articles