Pourquoi dit-on qu'une personne renvoyée est «licenciée» ?

Une expression qui provient du domaine militaire au Moyen Age. [© Kirsty Wigglesworth/AP/SIPA]

Lorsqu’une personne perd son emploi, on peut dire qu’elle est «licenciée». Un terme dont l’origine remonte au Moyen Age, et qui provient du domaine militaire.

A cette époque, lorsqu’une campagne prenait fin, les seigneurs ou les généraux avaient l’habitude de rendre leur «licence» (du latin «licentiare», qui signifiait «autoriser») aux soldats, c’est-à-dire qu’ils leur redonnaient le droit de disposer d’eux-mêmes.

Les troupes étaient en effet en partie constituée de civils – notamment des paysans – et de mercenaires, enrôlés pour l’occasion, qui pouvaient ainsi repartir dans leurs foyers ou reprendre la route.

Cette pratique a depuis disparu dans l’armée, mais le terme a continué à être employé en s’étendant au monde du travail. Le licenciement ne fait cependant plus référence à la liberté, mais à l’aspect négatif que l’on connaît aujourd’hui.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles