Piketty interpelle Merkel dans une lettre ouverte

L'économiste Thomas Piketty. [ERIC PIERMONT / AFP]

Cinq économistes dont le Français Thomas Piketty ont adressé une lettre ouverte à la Chancelière allemande Angela Merkel, lui demandant de renoncer aux politiques d'austérité en Grèce et de consentir à l'effacement de la dette du pays. "L'Histoire se souviendra de vous et de vos actions" en cette semaine cruciale, soulignent-ils.

 

Quatre jours après le rejet par référendum des propositions des créanciers, les négociations entre la Grèce et la zone euro semblent au point mort. Le gouvernement d'Alexis Tsipras a réclamé un nouveau programme d'aide d'une durée de trois ans tandis que ses partenaires de la zone euro lui ont laissé jusqu'à dimanche pour proposer de nouvelles réformes et parvenir à un accord.

Alors que l'hypothèse d'une sortie de la Grèce de la zone euro n'est désormais plus exclue, cinq économistes parmi lesquels le Français Thomas Piketty interpellent la Chancelière allemande Angela Merkel dans une lettre ouverte publiée par le magazine américain The Nation.

Ils implorent l'Allemagne et la Troïka de renoncer aux politiques d'austérité en Grèce et de consentir à un "important" effacement de la dette du pays.

 

"Eviter un nouveau désastre"

Selon les cinq spécialistes, les mesures mises en place jusqu'ici par le pays sur demande de la zone euro ont "écrasé l'économie grecque conduisant à un chômage de masse, à l'effondrement du système bancaire", empiré la crise de la dette et a eu impact humanitaire colossal.

Aussi, "nous exhortons la Chancelière (Angela) Merkel et la troïka (des créanciers du pays) à penser à rectifier le tir, afin d'éviter un nouveau désastre et de permettre à la Grèce de rester dans la zone euro", soulignent-ils.

Pour cela, les économistes demandent de renoncer à "l'austérité sans fin" qui ne "fonctionne plus" et de convenir d'un effacement "important" de la dette de la Grèce.

 

L'Allemagne a elle-même bénéficié d'un effacement de la dette

"A l'heure actuelle, le gouvernement grec est sommé de mettre un pistolet sur sa tempe et d'appuyer sur la gâchette […] Malheureusement, la balle ne tuera pas simplement le futur de la Grèce en Europe. La victime collatérale sera la zone en tant que havre d'espoir, de démocratie et de prospérité", mettent-ils en garde.

Les économistes ne manquent pas également de rappeler que l'Europe a été fondée sur l'idée du "pardon", dont l'Allemagne a elle-même bénéficié avec l'effacement massif de sa dette en 1953. S'adressant directement à Angela Merkel, ils soulignent : "l'Histoire se souviendra de vous"

Outre le Français Thomas Piketty, cette lettre ouverte est signée de Heiner Flassbeck, ancien secrétaire d'Etat allemand aux Finances, Jeffrey D. Saches, professeur d'économie et directeur de l'Institut de la Terre de l'université de Columbia, Dani Rodrik, professeur d'économie à l'université de harvard et Simon Wren-Lewis, professeur à l'université d'Oxford.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles