Paris, le cache-misère du football français

Sans le PSG, le chiffre d'affaires des clubs professionnels français aurait diminué de 3,7%. Sans le PSG, le chiffre d'affaires des clubs professionnels français aurait diminué de 3,7%.[Franck Fife / AFP]

Le chiffre d’affaires des clubs professionnels français a augmenté de 20,8% sur la saison 2012-2013, selon le troisième baromètre Foot Pro dévoilé lundi 30 mars. Mais cette croissance repose essentiellement sur l’essor économique du PSG et son chiffre d’affaires de 400 millions d’euros.

 

Le PSG est l’arbre qui cache la forêt. Le chiffre d’affaires des 44 clubs professionnels français (20 de L1, 20 deL2 et 4 de National ayant conservé le statut pro) a connu une hausse significative de 20,8% sur la saison 2012-2013 pour atteindre 1,5 milliards d’euros, selon le 3e Baromètre Foot Pro UCPF-EY publié lundi 30 mars.

Mais cette croissance masque une réalité économique beaucoup plus difficile pour les clubs professionnels de l’hexagone. Car sans l’essor du club de la capitale, devenu le cinquième club le plus riche d’Europe depuis l’arrivée des Qataris en 2011, ce chiffre d’affaires aurait diminué de 3,7%.

Avec un chiffre d’affaires proche de 400 millions d’euros, soit quatre fois celui de la saison 2010- 2011, le PSG représente à lui seul près de 27 % du total généré par l’ensemble des clubs.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles